Silviu Bulugioiu, un candidat qui veut réformer le syndicat roumain

Silviu Bulugioiu est candidat à la présidence de la Fédération roumaine des sports automobiles (FRAS), lors des élections qui se tiendront le samedi 18 février 2023.

Silviu Bulugioiu, le candidat qui veut réformer la Fédération Roumaine de Moto Sportive : “J’ai accepté avec confiance”. Quelle est l’équipe avec laquelle il veut gagner les élections | SPÉCIAL

Avec 30 ans d’expérience dans le sport automobile et dans l’organisation de compétitions sportives de genre, Silviu Bulugioiu, avec son équipe, vise à unifier et réformer la Fédération Roumaine du Sport Automobile.

Les élections pour le président du FRAS auront lieu le samedi 18 février et Silvio Bulugioi affrontera l’actuel patron Norris Măgeanu.

“J’ai plus de 30 ans d’expérience dans le sport automobile dans diverses disciplines. Au fil du temps, j’ai également été sportif, organisateur d’événements sportifs et responsable de structures sportives (club sportif et président de comité, au sein du FRAS).

L’association avec le sport automobile a commencé dans mes années étudiantes, et en parallèle, professionnellement, j’ai exercé un large éventail d’activités dans la gestion de divers départements et structures de certaines entreprises de renommée mondiale.

Tout ce mélange, ainsi que l’expérience accumulée et les résultats prouvés, m’ont permis d’être proposé pour participer au poste de candidat au poste de président de la Fédération Roumaine Sport-Moto pour les élections FRAS, qui se tiendront début 2023.

J’ai accepté cette proposition honorable avec confiance et par désir de porter la gestion de l’alliance à un haut niveau.

Je remercie tous ceux qui ont montré leur appréciation pour mes qualités avec leurs suggestions, et j’attends avec impatience tous ceux qui veulent améliorer le travail de l’association. Ce n’est qu’ensemble que nous pourrons élever le sport automobile roumain au plus haut niveau”déclare Silvia Bulugioia.

À Silvio Bulugio : “Nous devrions vraiment être une seule famille”

Silvio Bulugioiu a accepté d’accorder une interview à ProSport.

Je comprends que vous avez décidé de postuler en équipe et non individuellement. Dans ces conditions, avec quelle équipe irez-vous aux élections ?

J’ai choisi une équipe de personnes intègres, équilibrées, compétitives et sur lesquelles je sais pouvoir compter. J’aime l’idée d’une équipe et je l’ai choisie pour ma propre candidature car un seul esprit ne peut pas couvrir toutes les disciplines ou tous les problèmes qui surviennent dans le processus de leadership.

Comment voyez-vous l’organisation du FRAS en ce moment ?

FRAS est actuellement comme une grande famille, mais elle est divisée par des principes, une fierté et une façon de travailler. Pour le moment, quiconque ne fait pas partie de la direction actuelle a été remplacé, est marginalisé. Nous devrions vraiment être une seule famille et apprendre de chaque discipline pour prendre les bonnes choses et les appliquer aux autres pour les améliorer en tant qu’unité.

Le président de l’association doit aussi avoir de bonnes relations avec la presse. Êtes-vous ouvert à la presse ?

La communication est importante, qu’elle s’adresse aux médias ou aux partenaires, aux sportifs ou aux fans de sport automobile. Pour une meilleure compréhension de ce phénomène, la communication doit exister.

Quelle est la situation avec l’ACR? Que se passe-t-il réellement ? La relation entre FRAS et ACR est connue pour avoir été tendue dans le passé.

Il faut être très précis dans la description de cette situation. L’ACR est désignée comme autorité sportive nationale par le Forum international de l’automobile (FIA), mais en Roumanie, selon la loi sur le sport, elle n’a pas ce statut. Seule la fédération (FRAS) a le droit d’organiser des championnats. C’est une situation désagréable et crée beaucoup d’inconvénients dans la représentation internationale. En conséquence, une normalisation des relations entre les fédérations, l’ACR, le ministère des sports et la FIA est souhaitable.

Le karting faisait partie du FRAS jusqu’à récemment. Pas maintenant. Y a-t-il une chance que cette indiscipline revienne dans la famille FRAS ?

A tous points de vue, le sport automobile doit être solidaire. Je ne sais pas comment et si cela peut être réalisé, mais je pense qu’avec une communication ouverte et un véritable soutien de toutes les branches du sport automobile, il y a une chance.

Que ferez-vous pour les enfants qui veulent faire du sport automobile ?

Les idéaux de certains jeunes de s’impliquer dans les sports mécaniques à un niveau compétitif doivent être salués, mais la volonté de certains parents de soutenir et de guider leurs enfants dans la pratique des sports mécaniques doit également être saluée.

Cependant, par une réflexion stratégique, des solutions doivent être trouvées pour que ce sport puisse être pratiqué dans des conditions de sécurité maximales. Afin d’augmenter la sécurité lors des compétitions, nous voulons nous occuper de créer des centres d’entraînement pour les enfants et les débutants. Les enfants sont l’avenir, mais ils ne doivent pas s’exposer à des risques totalement incontrôlés.

Certes et sans aucun doute, nous devons avoir un centre d’entraînement à la performance pour juniors dans toutes les disciplines sportives, où il est possible de découvrir le plus facilement et le plus clairement possible le lot d’athlètes construit sur la base de leurs performances internes. Pour ceux qui le méritent, l’association doit offrir un espace et soutenir leur développement sportif.

Quelle est l’équipe avec laquelle Silviu Bulugioiu se rend aux élections ?

Silviu Bulugioiu, membre de la Fédération roumaine des sports automobiles, se présentera à la présidence du FRAS avec son équipe composée de :

Octavian Dragan – vice-président: “Mon objectif principal est d’élever au plus haut niveau les compétitions organisées sur piste en Roumanie, en définissant et en mettant en œuvre le cadre optimal pour les athlètes, les promoteurs et les organisateurs” ;

Dan Gîrtofan – vice-président: “Je pense que nous devons faire plus pour le sport automobile roumain et je veux que nous apportions un changement dans la modernisation du FRAS, pour apporter des améliorations aux athlètes et à leur sécurité. Le sport automobile roumain mérite plus!”;

Daniel Ungur – vice-président: “Notre devise n’est pas de se laisser prendre à des jeux interpersonnels ou à des pressions créées par l’orgueil, mais de se concentrer ensemble sur la création de solutions et l’innovation. Nous sommes une équipe, nous nous impliquons, et notre stratégie est sans conflit d’intérêts et sans compromis. Ensemble, nous voulons le bien de la Roumanie du sport automobile” ;

Gunther Graef – membre du conseil fédéral: “Je suis heureux d’avoir l’opportunité de rejoindre cette équipe et je veux contribuer à l’évolution et à la performance du sport automobile roumain. Avec plus de 40 ans sans interruption dans le sport automobile national et international, il est maintenant temps de prendre le dernier train avec une équipe appropriée qui a la même vision que la mienne, celle de faire un changement pour le mieux dans la Fédération Roumaine de l’Automobile Sportive ;

Iosif Ferenti – membre du conseil fédéral: “Je veux une fédération transparente, fonctionnelle, avec de bonnes relations tant avec ses membres qu’avec toutes les entités privées et étatiques. Une fédération qui fonctionne selon un plan bien défini” ;

Traian Pavel – membre du conseil fédéral: “Je rejoins cette équipe car je crois fermement en une stratégie de développement élaborée. FRAS a besoin d’un changement pour créer un cadre sûr, prévisible et équitable pour le sport automobile roumain » ;

Carol Blavenstein – membre du conseil fédéral: “Je veux apporter une valeur supplémentaire à l’équipe nouvellement formée. Le sport automobile roumain mérite plus et ensemble, nous ferons tout ce que nous pouvons pour cela” ;

Justinian Pleșa – membre du conseil fédéral : “J’ai accepté la proposition honorable de contribuer à l’amélioration et à la normalisation du travail de l’alliance et je suis convaincu que nous réussirons grâce à nos efforts conjoints” ;

Cătălin Cedric-Ghigea – membre du conseil fédéral : “J’ai choisi de faire partie de cette équipe parce que je crois fermement qu’il y a un besoin de réforme importante du fonctionnement et de la gouvernance de la fédération : du secret à la transparence totale, de l’oligarchie à la démocratie, du leadership uninominal à la décentralisation et à la vraie et une autonomie élargie des commissions, y compris la répartition des fonds aux commissions, des décisions ad hoc à la stratégie de développement, des pertes financières importantes à la discipline financière et à la prudence dans la gestion du patrimoine de la fédération ».

Près de 25 ans d’expérience dans les médias sportifs. Il fait ses débuts en tant que journaliste en 1997, dans sa première année d’université, en tant que rédacteur en chef du journal ZIUA, qui avait à l’époque une section de 4 pages consacrée au sport. Puis il a rejoint le sport roumain, Evenimentul Zilei, ProSport (journaliste spécial … Lire la suite

Leave a Comment