Où Emanuel Gynes a-t-il terminé le Rallye Dakar 2023 et quel a été son plus gros problème

Le pilote Emanuel Gyenes a déclaré mardi lors d’une conférence de presse organisée à son retour au pays après avoir participé au Rallye Dakar qu’il était très satisfait de la 27e place au classement général, considérant que l’édition de cette année est la plus difficile de celles qui se sont déroulées. jusqu’à présent en Arabie Saoudite.

Il a expliqué que le temps froid et la pluie lui avaient posé les plus gros problèmes pendant la course.

“C’était une édition avec un début difficile, mais au final je suis très satisfait de la façon dont ça s’est passé, car j’ai obtenu le résultat que je proposais, qui est un placement dans le top 30. J’ai terminé à la 27e place du classement général. . classement, un résultat qui m’a vraiment remonté le moral. Ce Dakar était un peu différent des autres. C’était certainement l’édition la plus longue et la plus difficile d’Arabie Saoudite, sur les quatre disputées ici jusqu’à présent. Et le parcours était long, mais “Ce sont les conditions météorologiques qui ont vraiment assombri nos journées. Nous avons passé beaucoup de temps dans le nord de l’Arabie saoudite où il faisait extrêmement froid, nous avons donc même dû mettre des protections pour les mains”, a déclaré l’athlète roumain.

Gyenes a eu des problèmes mécaniques le troisième jour de la compétition après être tombé de son vélo en traversant une dune de sable.

“Le troisième jour, je suis tombé sur une dune de sable, ma boîte de vitesses a également cassé… et j’ai parcouru environ 100 kilomètres sans boîte de vitesses. Mais au final j’ai réussi à passer au point mort. J’ai réussi à mettre la deuxième boîte de vitesses, mais la moto n’a roulé qu’à 60-70 km/h, je n’ai pas pu faire plus que ça et puis j’ai enlevé le filtre à essence, mais au final l’injecteur était plein de crasse… et à cause de ça j’ai perdu du temps. Mais avec l’aide de l’équipe KTM, j’ai aussi réussi à changer la pompe à essence, les bougies, l’injecteur et tout, et finalement je n’ai plus eu de problèmes mécaniques. La deuxième semaine, le temps était meilleur, même s’il ne faisait pas à l’entraînement, j’ai réussi à m’améliorer et à me rapprocher du top 30. A l’arrivée j’étais extrêmement content, peut-être parce que c’était un Dakar trop difficile », a-t-il déclaré.

Pour l’édition 2024, le pilote pourrait être amené à augmenter son budget si les organisateurs du Rallye Dakar changeaient le règlement.

« Voyons comment le règlement va changer, est-ce que je serai obligé d’avoir une équipe adjointe. C’est évidemment beaucoup, beaucoup plus facile avec une équipe, mais le budget change. camionnette avec deux mécaniciens. Non, vous pouvez moins de ce montant », a déclaré Gyenes.

Il a noté qu’attirer des sponsors est un gros problème dans son sport car la couverture médiatique est très faible.

“J’ai 13 participations au Dakar et je peux dire que j’ai un peu de chance à cet égard. Donc je peux aller voir le sponsor et lui dire quels résultats j’ai et après c’est plus facile. Mais ces dernières années, j’ai eu des sponsors, donc dès le début de l’année, je peux faire mon budget. Le problème, c’est pourquoi n’y a-t-il pas plus de concurrents roumains sur le Dakar ? Pourquoi suis-je toujours seul là-bas ? Je ne veux critiquer personne, mais ce ça arrive parce que le sport automobile est très peu médiatisé. Dans notre pays, il est plus important de jouer un match de foot entre deux villages que de jouer le Dakar. Comment un sponsor peut-il donner quelque chose dans ces conditions s’il me voit aux infos pendant cinq secondes, et le football entre deux villages est diffusé pendant 90 minutes. Donc c’est clair que je n’ai pas touché d’argent parce que je n’ai aucun moyen de promouvoir ce sponsor. Donc c’est très, très difficile d’attirer des sponsors.”, a-t-il expliqué.

Lors des deux dernières éditions, sa participation a été financée par le budget de l’État. “Depuis l’année dernière, j’ai reçu des fonds du budget de l’État. Je ne l’ai pas initié, cela m’a été offert par la Fédération roumaine de moto. Je les ai eus cette année également. Les fonds de l’État représentaient environ 30 % de ma participation. dans le budget, donc c’était un bon financement », a déclaré l’athlète.

Lorsqu’on lui a demandé s’il aimerait participer à la catégorie des voitures du Rallye Dakar à l’avenir, Gyenes a déclaré qu’un tel changement était impossible car il aurait besoin de beaucoup plus d’argent.

“En Roumanie, afin d’obtenir le budget pour concourir dans la catégorie auto, je ne peux pas vraiment le faire. Si le sport était plus annoncé, j’aurais peut-être réussi, mais dans les conditions actuelles, je ne vois pas l’opportunité de participer avec une voiture au Dakar. Mais je suis très heureux d’être depuis 2015, présent à chaque édition du Dakar et de faire ce que j’aime”, a-t-il déclaré.

Emanuel Gyenes (Autonet Motorcycle Team) a terminé le Rallye Dakar 2023 en Arabie Saoudite à la 27e place du classement général de la section moto, à 07 h 53 min 35 s du vainqueur (l’Argentin Kevin Benavides).

Sătmărean termine à la 11e place du Rallye 2, en 05 h 49 min 11 s du premier Français Romain Dumontier.

Emanuel Gyenes a participé au Rallye Dakar pour la première fois en 2007, réussissant à terminer la course lors de la dernière édition en Afrique. En 2011, il remporte sa première victoire dans la classe Marathon (une classe où il est interdit de changer un certain nombre de composants pendant les deux semaines de course, dont le moteur et le bras oscillant ; cette classe n’existe plus aujourd’hui). En 2015, il remporte sa deuxième victoire dans la catégorie Marathon. En 2020, le pilote de Sătămăra est sorti vainqueur de la catégorie Original by Motul, et en 2021, il a pris la deuxième place de la catégorie Original by Motul, sept mois après une triple fracture de la jambe droite. Son meilleur résultat au classement général a été une 14e place en 2016.

Leave a Comment