L’infrastructure sportive de Timisoara, une catastrophe !

Roxana Iliescu, conseillère de PRO Roumanie, se plaint dans un post sur les réseaux sociaux que l’infrastructure sportive de Timisoara est une “catastrophe”. Cela est imputé à l’administration de Fritz, qui bloquerait ou ne démarrerait pas les projets hérités, même si lors de la campagne électorale, elle parlait de terrains de sport et de complexes dans les quartiers. L’adjoint au maire libéral Cosmin Tabărău, Roxana Iliescu trouve une excuse que le service des bases sportives n’a que quelques employés, et ils ne sont pas qualifiés.

“Plus de deux ans se sont écoulés depuis les illusions vendues par le maire Fritz et ses spécialistes au sujet des infrastructures sportives dans la campagne électorale, et la réalité ne montre qu’un grand écart entre ce qu’ils ont promis et ce qu’ils ont réussi à tenir entre-temps. ! Hormis les déclarations pompeuses en diverses occasions, si vous regardez le fameux manifeste « Révolution de la bonne gouvernance » contre la réalité, vous allez rire ou pleurer, cela dépend de votre humeur ! », raconte l’édile.

Il cite également la déclaration du maire Dominic Fritz d’il y a deux ans : « Les quartiers de Timisoara ont un besoin aigu d’infrastructures sportives, ce qui contribue à améliorer la qualité de vie et à développer les relations communautaires. Nous construirons des terrains de sport et des complexes pour les enfants et les familles afin de soutenir le sport pour tous, des terrains de foot à la piscine”.

Ensuite, Roxana Iliescu met en contraste les déclarations du maire avec la réalité en présentant des projets concrets d’infrastructures sportives :

  • “A Calea Lipovea, nous voyons la création d’un parc avec un terrain de sport, sur un terrain appartenant à la mairie.” Avant la création de ce parc, cependant, nous avions déjà un projet lancé par l’ancienne administration, la “Base Sportive de Calea Lipovei”, en fait le premier complexe sportif de quartier qui comprenait une piscine intérieure, une piscine extérieure, des courts de tennis, un multi -terrain de but et autres équipements intérieurs/extérieurs.

La situation de ce projet en bref : à partir de décembre 2020, le maire Fritz signe un contrat pour l’exécution des travaux avec l’entreprise nommée après l’appel d’offres, mais après cela, la municipalité n’envoie plus l’arrêté pour le début des travaux (qui devait être envoyé dans les 10 jours suivant la signature du contrat) . Un blocus complet qui s’est soldé par un procès du lauréat de l’appel d’offres contre la commune ;

  • “Nous allons rénover les terrains de sport déjà existants, comme celui du Parc National”. Quant à la réhabilitation des terrains de sport dans le Parc National, selon les informations que nous avons reçues, ils ne sont même pas gérés comme des terrains de sport, encore moins qu’ils ont été réhabilités. Même cela, ils étaient incapables de le faire ;
  • “Nous identifierons un espace adapté et investirons dans la mise en place d’un skatepark digne de la persévérance et de la passion des acteurs du roller” – en ce sens, le projet ZERO ;
  • “Nous allons restaurer la base d’Uszod, qui est actuellement dans un stade de délabrement avancé et fermée au public depuis 2013, bien qu’elle appartienne à la mairie depuis 2016. Nous allons restaurer la piscine, à côté de laquelle nous allons construire des terrains de basket, équipés de toutes les normes de qualité nécessaires à la pratique de sports de masse ».

Concernant cette base sportive, d’après les déclarations ci-dessus faites dans la campagne, au printemps 2021, le maire Fritz s’est vanté qu’il rouvrirait la base déjà cet été-là, avec l’intention de transformer la base en un centre sportif et culturel… Le la base n’a pas été rouverte, mais après un an, à l’été 2022, le maire nous a annoncé triomphalement qu’il avait enlevé des ordures de l’emplacement.😂😂

  • A propos du terrain de sport délabré au coin de la rue Ciocârliei avec Mircea cel Bătrân, où le maire Fritz s’est filmé en train d’organiser un vrai spectacle avec des enfants bien équipés jouant au football, promettant d’en faire un terrain de sport civilisé, un désastre total, ils n’ont rien fait. …oui, désolé, ils ont réussi à mettre plusieurs mètres de clôture en béton au sol, qui pourraient tomber à tout moment sur les enfants qui viennent encore jouer sur ce terrain. Et pour le moment, il y a encore une tribune délabrée sur le terrain qui menace de s’effondrer à tout moment. À ce jour, ils n’ont pas été en mesure d’obtenir ne serait-ce qu’un lambeau de permis de démolition, et encore moins de démarrer un nouveau projet pour cet emplacement.
  • Quant au stade Lego, comme vous le savez, la direction de Fritz a organisé deux appels d’offres ratés, en raison de l’entêtement à ne pas augmenter le prix de l’investissement dans le contexte de l’augmentation l’an dernier des prix de tous les matériaux de construction… fin, ils les ont mis à jour, et actuellement, bien que le 31 octobre soit la dernière date limite de soumission des offres lors de la troisième vente aux enchères organisée, l’analyse des offres n’est pas terminée jusqu’à ce moment, et le gagnant a été nommé.
  • Quant à la base sportive Costică Radulescu, un projet financé par le CNI, qui est suivi de près par la direction de la mairie, comme vous le savez bien, les travaux sont bloqués et ce sera un gros problème si le contrat avec le constructeur qui était censé faire construire le terrain ici ne se termine pas par des sports standard, des tables de nuit et des tribunes pour 500 spectateurs, ainsi qu’un terrain plus petit pour le football en salle, le basket-ball ou le handball.

“C’est à peu près l’état des infrastructures sportives de la ville. La Direction des Equipements Sportifs et des Infrastructures Sportives est une structure de la Mairie qui doit s’occuper de ce domaine. Dieu seul sait selon quel schéma d’organisation cette structure fonctionne, il est certain qu’elle est subordonnée à l’Adjoint au Maire Tabara, à qui Fritz & comp a confié une équipe d’experts pour réaliser les travaux : environ 4, 5 salariés, contractuels non qualifiés pour l’entretien de la base, deux fonctionnaires en mutation à Patrimonio depuis leur arrivée dans cette structure il y a environ 3 mois et M. plongeur ou sauveteur (je ne sais pas exactement), non pas fonctionnaire, mais tous contractuels. Nous sommes sur la bonne voie !”, conclut Roxana Iliescu.

commentaires

commentaires

Leave a Comment