Dan Draghicescu à propos de Queen Mary dans le documentaire historique “Mary, Heart of Romania”

Image Extrait du film : Maria, le cœur de la Roumanie. Couronnement à Alba Julia, 1922

Au fil du temps, nombreuses sont les personnalités qui ont marqué l’histoire de notre pays et qui, par leurs actions et leurs activités, ont su inspirer des générations de jeunes, des personnalités culturelles, des historiens, ainsi que des réalisateurs, scénaristes, producteurs de films, dont les séquences de leur contribution au destin de la Roumanie sont fidèlement reproduits. L’une de ces personnalités était la reine roumaine Maria.

Mihaela Crapaud – Nous sommes dans le Sinaï, Monsieur Dan Draghicescu, et nous marchons le long de la route vers le château de Peleş et Pelişor avec la pensée et l’émotion que nous sommes très proches du cœur de Queen Mary. Mais, M. Dan Drăghicescu en tant que producteur associé du film documentaire “MARY – LE CŒUR DE LA ROUMANIE” Je pense que vous avez réussi, avec toute l’équipe de consultants historiques et d’importants collaborateurs avec lesquels vous avez travaillé, à rapprocher la compréhension des sentiments de la reine Marie envers la Roumanie des Roumains et pas seulement d’eux. Quand et comment as-tu démarré ce projet et quelle en a été la motivation ?

Dan Draghicescu – Vraiment, Sinaia est l’endroit le plus approprié qui vous plonge dans l’histoire royale de la Roumanie, vous fait penser au roi Carol 1, au roi Ferdinand, à la reine Mary, au roi Mihai. Le film documentaire historique “Maria, le coeur de la Roumanie” est l’initiative de M. John Florescu, qui, en sa qualité de producteur exécutif, m’a révélé sa motivation sentimentale au début de ce projet historique, je cite :

“Mon père, l’historien Radu Florescu, a attiré mon attention sur le roi Mihai. À l’approche du 100e anniversaire de la Grande Union, ma curiosité m’a dirigé vers Queen Mary”.

J’ai eu le privilège d’être producteur associé de ce documentaire et avec M. John Florescu et l’équipe de Chainsaw Film Productions, j’ai commencé à rechercher et à produire le film en 2016 juste après la sortie du documentaire “The King’s War” (qui comprend probablement la plus longue interview avec le roi Michael).

Mihaela Crapaud – C’est exact! On peut dire que c’est la plus longue interview avec le roi Mihai. En 2018, j’ai eu l’opportunité d’organiser, dans le cadre et sous les auspices de l’IICCMER, la deuxième édition de la Sinaia Summer School, qui était consacrée au Roi Michel. L’un des jours, les étudiants ont eu l’occasion de regarder le film documentaire “King’s War”. Bien sûr, nous avions le consentement direct de M. John Florescu. Les impressions et les commentaires des étudiants étaient louables.

Journée à Draghicescu – Je suis content de l’entendre! J’ai remarqué que l’effet visuel de la reproduction d’images d’archives et de scènes de reconstruction du film créé parmi les jeunes étudiants, les étudiants et pas seulement la curiosité pour l’histoire moderne de la Roumanie, surtout que de nombreux faits historiques étaient cachés par les communistes. Mais, pour revenir à ce que vous m’avez demandé, je vais le préciser M. Trevor Poots a écrit et réalisé “Maria, Heart of Romania”, est un scénariste et réalisateur nord-irlandais bien connu qui a travaillé avec Sir David Frost et M. John Florescu à Londres dans le passé, sur d’autres projets historiques antérieurs. Le film est documenté à partir d’archives nationales et internationales et suit le fil biographique du livre “The Last Romantic” de l’écrivaine américaine Hannah Pakula. Soit dit en passant, le film présente également Hannah Pakula avec une interview enregistrée par John Florescu à New York. Le film fait ressortir les éléments particuliers de la reine Mary à partir de son parcours politique, sa contribution au traité de Versailles, ses passions et ses interactions avec les membres de la famille royale et ses amis proches. Le rôle de Queen Mary en France n’était pas exécutif, mais l’influence qu’elle a apportée au niveau international a été un réel succès. Mettre l’accent sur, vous découvrirez l’influence de Queen Mary à l’échelle nationale et internationale pour la Grande Union dans le film.

rois

La princesse Mary chevauche aux côtés du futur roi George d’Angleterre

Mihaela Crapaud – Mais que pourriez-vous nous révéler sur les coulisses du film ?

Journée à Draghicescu – Des coulisses du film, je peux mentionner que nous avons probablement réussi à tourner dernier entretien, 2017 avec l’historienne Neagu Djuvar, contemporaine de la reine Maria et de Lady Lena Shrager, fille d’Henri Shrager, secrétaire de Barba Ştirbey.

Son Altesse Royale la Princesse Margareta, Custodian of the Crown, nous a apporté un grand soutien en mettant à disposition les archives personnelles de la famille ainsi que d’autres découvertes à travers une interview enregistrée au Palais Elisabeta.

Nous avons eu une expérience intéressante en Allemagne en filmant à Sigmaringen, où avec John nous avons rencontré M. Karl Friedrich, prince de Hohenzollern, qui nous a donné un témoignage lié au mariage de la reine Maria et de Ferdinand, qui a eu lieu au château de Sigmaringen. L’histoire des archives de Sigmaringen détaille également l’évolution de Charles Ier, issu de la grande famille des Hohenzollern.

Je veux mentionner la contribution de l’Académie roumaine à ce projet à travers M. le professeur et historien, le président Ioan Aurel Pop qui a donné une interview pour ce film, en tant qu’historien, à Cluj.

Concrètement, du point de vue de la production en extérieur, nous avons tourné pendant deux ans à : Bucarest, Sinaia, Alba-Iulia, Cluj, Bicaz, Soveja, Balchik, Sigmaringen, Paris, New York, Oxford, Budapest et Moscou. Nous avons collaboré avec des vidéastes de 4 pays : Roumanie, USA, Angleterre et Russie.

L’élément premier de la post-production de ce film est la colorisation de documents d’archives de la Première Guerre mondiale – travail réalisé en collaboration avec le studio Composite Films de Paris sous la direction de M. Samuel François Steininger, spécialiste des projets historiques – ainsi que le son dans le traitement et le nettoyage de la voix originale de Queen Mary réalisée dans notre studio à Bucarest – Chainsaw Europe.

Mihaela Crapaud – On sait qu’avec John Florescu en tant que producteur exécutif, vous avez enregistré un véritable succès avec le film documentaire “King’s War”. Récemment, avec John Florescu, vous avez lancé pour la première fois une tournée d’histoire nationale en Roumanie avec deux films historiques de forme libre pour aider et soutenir l’enseignement de l’histoire. C’est une belle cause et j’aimerais que vous nous parliez un peu plus de ce tournoi.

Journée à Draghicescu – Le National History Tour est une initiative de John Florescu et c’est la première fois en Roumanie que des projections gratuites sont organisées pour deux documentaires historiques montrant deux épisodes majeurs de l’histoire moderne de la Roumanie. Les projections qui ont commencé à Bucarest n’étaient pas seulement dans les cinémas, mais aussi dans les centres culturels, les écoles et les usines. La chaîne de télévision History, en tant que partenaire de la tournée, a remarqué le public et a répété les films à plusieurs reprises, et maintenant à l’occasion de la fête nationale, le 1er décembre 2020, elle nous fait l’honneur d’une nouvelle diffusion du documentaire “Marie, le cœur de Roumanie”. Nous prévoyons de poursuivre cette tournée en 2021 en fonction des conditions sanitaires.

SS

Photo: Queen Mary avec des lévriers

Mihaela Crapaud – Et la tournée internationale, que peux-tu nous dire ?

Dan Draghicescu – Au niveau international, j’ai pu présenter le film à Munich à l’initiative d’Alina de Roumanie et grâce à l’invitation de Mme Brigitte Drodtloff, directrice du Festival du Film Roumain de Munich. A l’ambassade de Roumanie à Ankara, mon collègue, le producteur senior Viorel Chesaru a présenté le film en mars 2020, pratiquement la dernière présentation internationale de l’année en raison de la crise sanitaire. En 2021, il y aura des projections à Balchik, Madrid, Londres, New York, Oregon au MaryHill Museum, Paris et d’autres lieux qui seront annoncés ultérieurement.

Mihaela Crapaud – L’année 2021 est le centième anniversaire du roi Mihajlo. Quels projets avez-vous pour le public roumain ?

Journée à Draghicescu – En effet, 2021 est le centième anniversaire du roi Mihajl et nous continuerons à présenter le film documentaire “King’s War” ainsi que “About Life”, un court métrage documentaire avec le roi, réalisé en 2017. Nous souhaitons continuer à présenter ces films historiques dans les écoles et les collèges pour la jeune génération. Au niveau national, en collaboration avec le Rotary Club de Roumanie, nous proposons de distribuer des DVD avec ces projets dans chaque école. Ces films sont des productions indépendantes du studio Chainsaw Film Productions Bucarest avec le soutien de sponsors et de sociétés partenaires à qui nous remercions.

À la fin Je voudrais mentionner les consultants historiques et la principale équipe de production du film : Mme. Margaret MacMillan, professeur d’histoire, Université d’Oxford, M. Diana Mandache, historienne ; Mme Prof. Dr Catherine Durandin, M. Matei Cazacu, historien et chercheur au Centre National de la Recherche Scientifique à Paris.

Scénario et réalisateur : Trevor Poots, Producteur exécutif : John Florescu, Producteur associé : Dan Draghicescu, Producteur principal : Viorel Chesaru, Monteur et recherche : Mircea Lăcătuş, Recherche des archives de l’Académie roumaine : Dana Gliga de l’ICR ; Musique : Hasan Nasser, Caméra : Marius Ivaşcu, Matthews Vaughan, James Miller, Andrei Erastov, Post-production : Chainsaw Europe, Production : Chainsaw Film Productions.

En 2019, le film “Maria, le cœur de la Roumanie” a été récompensé pour le meilleur film historique documentaire par l’Union des producteurs indépendants Upfar Argo par l’intermédiaire de M. Prof. Laurenţiu Damiana – UNATC et M. Prof. Dina Tănase.

Le documentaire a été sélectionné au Festival du film historique de Râşnov, Tiff à Cluj, aux Nuits du film roumain à Iaşi et Timisoara sur la recommandation de Mme. Irine-Margarete Nistor, ainsi qu’au Campulung Film Festival sur la recommandation du prince roumain Nicolae. choisi par M. Bogdan Stamatin, directeur du festival.

SS

Dan Draghicescu, Neagu Djuvara et John Florescu

De plus, il y a un an avant la fête nationale de la Roumanie, nous avons organisé une projection de gala à Alba Iulia à l’invitation de M. Florin Mărginean, président du Rotary Club d’Alba Iulia, où l’idée de distribuer la collection de DVD historiques en chaque école avec le soutien du Rotary est née.

Un merci spécial à toute l’équipe du film, et je voudrais également ajouter Diana Ducar, qui a joué le rôle de la princesse Maria avec son cheval Hidalgo dans les scènes de reconstruction au début du film.

Leave a Comment