Nicușor Dan veut le programme gigantesque “Sports à l’école”. Des milliers d’entraîneurs employés, de l’équipement pour tous les enfants, des compétitions et un camp d’entraînement

Nicușor Dan veut lancer un vaste programme pour encourager le sport dans les écoles, qui comprendrait l’embauche de plus de 2 100 entraîneurs, l’achat d’équipements pour tous les élèves participants, l’organisation de compétitions chaque semaine et de camps d’entraînement chaque été. L’argent proviendrait principalement de PMB.

Plus précisément, à travers le programme “Sports à l’école”, Nicușor Dan veut allouer environ 30 millions de lei par an pour financer le sport dans les écoles. C’est-à-dire offrir aux étudiants de Bucarest la possibilité de pratiquer plusieurs sports gratuitement, notamment : l’athlétisme, le basket-ball, le football, le handball, la moto/le cyclisme, le volley-ball et les échecs.

Pour que tout réussisse, les Associations Sportives Scolaires seraient réorganisées. Et il y aura des centres enfants et juniors pour chaque sport, avec : directeur général, directeur sportif, méthodiste, organisateur d’événements et service médical.

Chaque centre pour enfants et jeunes comprendra des écoles, des associations sportives et des clubs sportifs scolaires qui organiseront des sessions de formation.

L’ensemble du projet « Sport à l’école » sera mis en œuvre sous la coordination d’autres institutions : la Direction de la Culture, de l’Éducation et du Tourisme au sein du PMB, le Club Sportif Municipal (CSM) Bucarest, l’Association des Sports Scolaires et Universitaires, la Direction de Sports de la Municipalité de Bucarest et de l’Inspection Scolaire Municipale de Bucarest (ISMB).

30 millions de lei par an. Pas avant 2023. budget réduit, débuts

PMB allouerait environ 30 millions de lei par an au projet. Ce montant servirait à payer l’équipement des élèves, les indemnités journalières des entraîneurs, mais aussi les voyages des élèves aux camps de huit jours durant l’été.

Voici comment le système fonctionnerait.

Chaque unité éducative qui fera partie du Centre pour l’enfance et la jeunesse et qui organisera des formations demandera à Proedus – une institution subordonnée à PMB, l’équipement nécessaire pour les étudiants (par exemple : short – t-shirt, t-shirt avec cravate , balle, etc.).

Proedus acquerra l’équipement et le distribuera aux écoles.

Dans le même temps, les établissements d’enseignement recevront également de l’argent pour payer les professeurs/entraîneurs/instructeurs sportifs qui s’entraînent.

Ces formateurs (professeurs de sport ou employés de sources externes) recevraient 750 lei nets par mois pour former un groupe de 15 à 20 étudiants 2 à 3 fois par semaine. Avec le même argent, lui et les étudiants participeront à une compétition sportive pendant le week-end.

Ceux qui forment deux groupes reçoivent le double du montant : 1 500 lei net par mois.

Il y aura également des coordonnateurs au niveau du secteur, qui surveilleront le bon déroulement du projet et rendront compte aux institutions de coordination. Ces coordonnateurs de secteur recevront environ 33 % d’argent de plus par mois que les entraîneurs.

Des concours seraient organisés au niveau de l’école. Le gagnant représentera l’école dans les compétitions organisées au niveau du secteur. Parmi les gagnants figureront des participants sélectionnés de la Phase de Zone et du Tournoi Final de l’Olympiade Nationale du Sport Scolaire (ONSS).

Et les meilleurs athlètes des écoles de Bucarest pourront également participer à des compétitions sportives internationales.

Selon les estimations de PMB, il faut environ six mois pour organiser le projet, depuis la rédaction du règlement et son adoption au Conseil principal, jusqu’aux préparatifs nécessaires au début de la formation.

Mais plus tard, dans la première phase, 2 160 enseignants et formateurs (360 dans chaque secteur) travailleront avec 86 200 étudiants (14 400 dans chaque secteur).

Très probablement, il n’y aura pas de temps pour organiser des camps d’été en 2023. Ainsi, au total cette année “Sports à l’école” ne coûterait qu’environ 18 millions de lei. Et seulement à partir de 2024 – quand il durera toute l’année – le programme sera financé avec 30 millions de lei.

Les sources qu’il a consultées spotmedia.ro J’affirme cependant que le projet proposé par Nicușor Dan n’inclut pas les sommes nécessaires pour payer le directeur sportif et le méthodologiste de chaque Centre pour enfants et juniors, ni les sommes nécessaires pour payer les organisateurs de compétitions. De plus, il n’y a pas d’argent pour les prix (qui peuvent être symboliques, mais coûteront quand même quelque chose).

De plus, aucune dépense n’est prévue pour le paiement du personnel médical qui, en cas de besoin, assisterait aux compétitions sportives.

Donc, en fait, les dépenses pour le projet seraient plus élevées.

De plus, le système proposé par le maire général est énorme. Sa gestion implique de grands défis administratifs et il est difficile de croire qu’une révolution sportive dans les écoles de Bucarest puisse réussir, lancée un an avant une année électorale. Par conséquent, les risques de dépenses insensées de deniers publics sont également assez élevés.

Reste à savoir si Nicușor Dan décidera de proposer publiquement ce projet gigantesque et de l’inclure dans le projet de budget du PMB pour 2023, qui sera en discussion publique dans les prochains jours.

Leave a Comment