Les règles applicables aux rescrits fiscaux temporaires ont été modifiées

Les règles d’émission des rescrits fiscaux provisoires et de leur transformation en titres exécutoires ont été récemment modifiées par un décret extraordinaire et sont également valables pour les contrôles fiscaux déjà en cours.

Lors du contrôle fiscal des autorités peut émettre une décision fiscale provisoire sur demande, conformément à l’article 133 de la loi de procédure fiscale. Cela peut se produire lorsque, bien que des montants de paiement supplémentaires aient été établis, les contrôles sont plus étendus et doivent être poursuivis.

“Pendant le contrôle fiscal, l’autorité de contrôle fiscal émet des rescrits fiscaux provisoires pour les passifs d’impôt primaires supplémentaires liés à la période et au type de passif vérifié. Dans ce cas (…) aucun procès-verbal de contrôle fiscal n’est dressé. A cet effet, l’administration fiscale informe le contribuable/payeur de l’exercice fiscal clôturé et du type d’obligation fiscale vérifiée au plus tard dans les 5 jours ouvrables.c’est indiqué dans le Code.

Auparavant, le rescrit fiscal provisoire, qui est considéré comme un titre de créance, devenait titre exécutoire le jour où le rescrit fiscal émis après la fin de la surveillance fiscale devenait exécutoire. Mais, à partir de 29 décembre 2022année, après l’entrée en vigueur du GEO 188/2022, la règle a été modifiée. Plus récemment, (1) la décision provisoire devient plus rapidement un titre exécutoire – à la date d’accomplissement du délai de paiement du paragraphe 1 de l’article 156 du Code, selon lequel :

  • la date limite de paiement est le 5 du mois suivant, si la date de notification de la décision est comprise entre le 1er et le 15 du mois ;
  • la date limite de paiement est le 20 du mois suivant, si la date de notification de la décision est comprise entre le 16 et le 31 du mois.

Le deuxième changement est que (2) une nouvelle situation est apparue dans laquelle une décision provisoire peut être demandée – si le contribuable n’a pas été informé de l’achèvement de la vérification de l’exercice fiscal et du type d’obligation fiscale, à condition que la moitié du délai légal de surveillance fiscale soit écoulée. La moitié du délai légal du paragraphe 1 de l’article 126 de la loi de procédure fiscale est de 90 jours pour les gros contribuables, de 45 jours pour les contribuables moyens et de 22,5 jours pour les petits contribuables.

“Si le contribuable/payeur n’a pas été avisé de l’achèvement de la vérification de l’exercice fiscal et du type d’assujettissement fiscal (…), il peut demander la délivrance d’une décision d’imposition provisoire après la moitié du contrôle fiscal légal délai prévu à l’art. 126. paragraphe (1)”c’est écrit dans le livret de règles.

En ce sens, les autorités ont introduit (3) conditions spécifiques dans lesquelles les décisions provisoires doivent être rendues et communiquées – le maximum dix jours ouvrablesà compter de la date de dépôt de la demande, pour les gros contribuables et max cinq jours ouvrablesà compter de la date de la demande, pour les autres contribuables.

« A la demande du contribuable/payeur, une décision d’imposition provisoire est prise et rendue dans un délai maximum de 10 jours ouvrables à compter de la date de dépôt de la demande, pour les gros contribuables, ou dans un délai maximum de 5 jours ouvrables pour les autres contribuables. . contribuables/payeurs, dans le but d’éteindre les obligations fiscales supplémentaires”, il est indiqué dans le nouvel acte normatif. S’il y a deux termes dépasséReceveur des impôts ne doit pas d’intérêts ni de pénalités défaut de communication pour la période comprise entre le sixième ou le onzième jour et la date à laquelle la décision provisoire parvient définitivement à destination.

Ces mesures, reprises aux points 24, 25 et 26 de l’article I. OGE 188/2022, sont également applicable aux contrôles fiscaux en cours au 29 décembre 2022conformément à l’article III.

Selon les règles du Code, les montants supplémentaires déterminés par des décisions fiscales provisoires ils sont ensuite inclus dans les décisions fiscales finales (et concourir ensemble). Les montants déterminés par la décision fiscale provisoire sont déterminés par la décision fiscale définitive.

Il ressort de l’explication de l’initiateur du recueil de règles que les modifications mentionnées sont apportées afin de rendre plus efficace le mécanisme d’émission de décisions fiscales anticipées.

“L’article 133 prescrit l’obligation pour l’administration fiscale de rendre une décision d’imposition temporaire dans le cas où l’exercice fiscal et le type d’assujettissement fiscal sont terminés et que le contribuable le demande, afin de payer les obligations fiscales et de cesser de calculer les obligations fiscales. obligations fiscales secondaires, puisque les intérêts et pénalités pour non-déclaration sont dus à compter du lendemain de l’échéance jusqu’à la date d’extinction de l’impôt principal. Il convient de souligner que les dispositions actuelles peuvent être inefficaces dans une situation où l’autorité de contrôle fiscal n’informe pas le contribuable de l’exercice fiscal révolu et du type d’obligation fiscale afin de lui permettre de demander la délivrance d’une décision d’imposition provisoire .il est indiqué dans l’explication qui accompagne GEO 188/2022 sous la forme d’un projet.

Il est important de souligner que les rescrits fiscaux provisoires ne peuvent être délivrés que pendant le contrôle fiscal. Des décisions fiscales faisant l’objet d’un contrôle a posteriori sont émises, par exemple, dans le cas d’une vérification documentaire, mais pour celles-ci, du moins dans un premier temps, les mêmes règles s’appliquent que pour toute décision fiscale anticipative. Par la suite, les décisions sujettes à révision peuvent être annulées ou confirmées par une révision supplémentaire, bien que cela ne se produise pas toujours.

Remarque : GEO 188/2022 contient plusieurs mesures procédurales et fiscales que nous avons résumées ici.

Leave a Comment