Visualisation du calendrier critique devant la Cour constitutionnelle après l’ordonnance contre le HDP… | Sièges ERGIN

Avec cette décision, la gravité du procès en clôture intenté contre le HDP par le Parquet général en 2021 devant la Cour constitutionnelle devrait se faire sentir encore plus fortement.

Cette décision est importante à bien des égards. Tout d’abord, il nous rappelle que l’éventail des prises de décision du tribunal sur l’affaire HDP approche. Il donne également une impression de l’équilibre numérique au sein du tribunal.

Il y a une autre dimension critique d’importance. Compte tenu des débats sur le report des élections présidentielles et parlementaires, le moment de la décision de la Cour a la possibilité d’affecter tous les calculs politiques lors de la préparation des élections, en fonction de son contenu.

Bien sûr, quand on met dans cette équation les élections à la présidence de la Cour constitutionnelle, qui se tiendront probablement au début du mois prochain, je pense qu’on comprend qu’il est temps de tourner progressivement tous les concepteurs vers la Cour constitutionnelle. .

Faisons de même aujourd’hui, et jetons un coup d’œil aux développements possibles qui nous attendent sur le front de l’AYM dans les semaines et les mois à venir, ainsi que le calendrier qui s’y rapporte.

ATTENTION DÉCISION VOTEZ 9 À 6

Examinons d’abord de plus près la décision provisoire rendue un jour devant la Cour constitutionnelle. En fait, il y a deux décisions qui se complètent.

La Cour constitutionnelle a d’abord examiné s’il était nécessaire d’obtenir la protection du HDP avant de statuer sur la demande du parquet général de la Haute Cour d’une ordonnance concernant le compte bancaire du HDP. Au tribunal, où il y a un total de 15 membres, il a été décidé qu’il n’y a pas besoin de recevoir la protection du HDP pour la décision de prendre la mesure, avec le consentement de huit membres contre l’opposition de sept membres.

Les membres de l’AYM se sont ensuite penchés sur la question de savoir si le compte bancaire sur lequel est détenue l’aide d’État devait être gelé ou non par mesure de précaution au titre de l’aide d’État versée ou à verser en 2023. Dans cette section, le gel a été imposé par consentement. de neuf membres contre une opposition de six membres.

Un point important ici est qu’après avoir reçu l’ordonnance, la requête et les annexes du bureau du procureur général ont été notifiées au HDP et le parti a eu trente jours pour se défendre sur la question. Après avoir reçu la défense, la Cour constitutionnelle réévaluera la demande d’interdiction.

Cela signifie que si le HDP fournira la défense de la décision de blocage au plus tard le 5 février, alors la Cour constitutionnelle examinera cette défense et rendra une nouvelle décision sur la mesure de sécurité.

En tout cas, le résultat pratique de la décision de la veille a été que l’aide du Trésor au HDP a été interrompue pendant trente jours. Si AYM continue dans cette ligne, le HDP commencera sa campagne électorale sans une source financière très importante.

Soulignons maintenant ici un point critique. Au cours de cette évolution, le traitement par l’AYM de la question HDP se poursuivra à deux niveaux.

A) Le processus à suivre concernant la commande et aussi…

B) La question principale concernant la demande de dissolution du parti…

QUEL MEMBRE COMMENT VOTÉ

Lorsque nous plaçons le modèle de vote de la Cour constitutionnelle sous la loupe, l’image suivante se dégage. La première décision de ne pas bénéficier de la protection est venue avec 8 voix pour et 7 pour. adjoint Hasan Tahsin Gokcan et membre Recai Akyel Alors qu’ici ils ont voté contre, dans le second ils ont rejoint la majorité en faveur de l’ordre. membre Emin Kuz Dans le premier, il a rejoint la majorité, tandis que dans le second, il a voté contre. Cinq membres ont voté contre lors des deux votes.

Afin de ne pas se perdre dans les détails, nous nous baserons sur la deuxième décision. Quand on regarde la décision de la Cour constitutionnelle, on voit que les neuf députés suivants ont voté pour imposer une mesure sur le compte du HDP :

adjoint Hasan Tahsin GokcanVice président Kadir Ozkaya, Mouammar Topal, Ridvan Gulec, Recai Akyel, Basri Bagci, İrfan Fidan, Kenan Yasar, Révérend Fine.

En réponse, les six membres suivants ont voté contre le blocage du compte HDP : Président Prof. Zühtü Arslanprof. Moteur Yildirim, Emin Kuzprof. Yusuf Sevki Hakyemez, Yildiz Seferinoglu, Selahaddin Menteş.

7 des 9 membres du premier groupe qui ont soutenu la décision ont saisi la Cour constitutionnelle. Recep Tayyip Erdoğansi 2 Abdallah GülIl a été élu pendant sa présidence. Dans le cas des 6 membres qui ont voté contre Erdogan ET GuLes adhésions pour un mandat sont réparties équitablement.

MATÉRIEL DE VOTE À AYM RÉPÉTER, AUSSI…

Le modèle que nous rencontrons ici n’est pas si surprenant. MINISTRE Leo, Éclair, AGNEAU, immérité Récemment, leurs noms apparaissent fréquemment dans les commentaires de l’opposition sur les décisions critiques de la Cour constitutionnelle. Ces membres représentent généralement une ligne d’axe droite en direction. Actuellement vice-président Gokcan bien qu’elle agisse généralement avec ce groupe, cette fois elle a été pointée du doigt dans une partie de la décision.

Pour donner une idée, on peut rappeler la récente décision de l’AYM de rejeter la demande d’annulation du CHP concernant les modifications de la loi électorale. L’un des aspects de la demande du CHP était lié à l’abandon de la pratique des hauts magistrats siégeant dans les conseils électoraux et à l’annulation du règlement sur la détermination des membres par tirage au sort.

La Cour constitutionnelle a rejeté cette demande à la majorité de 9 membres contre 5 voix. Groupe Karsioy Leo, Gokcan, Éclair, AGNEAU ET immérité est situé. (Au moment de la décision en septembre, AYM comptait 14 membres)

7 des 9 membres qui ont rejeté la demande du CHP ont voté « oui » à l’ordre contre le HDP.

Un aspect intéressant de l’ordonnance concernant le HDP est que Erdogan Agissant au sein du groupe majoritaire, dont le mandat est principalement composé d’élus, tous deux ont récemment servi au ministère de la Justice.ADJOINTservi avec le titre Seferinoglu ET articuléCette fois, ils sont séparés de la majorité.

MARDI PROCHAIN ORALEMENT PAR LE PROCUREUR GÉNÉRAL ÉVALUATION

Voyons maintenant le déroulement de la question principale concernant le HDP. On s’en souvient, après la présentation de ce dossier le 11 mars 2021, l’acte d’accusation a été revu par la Cour constitutionnelle, les manquements relevés ont été corrigés par le Parquet général, la défense du HDP, l’avis du Chef Procureur de la République sur la validité. , les réponses du HDP à cela, et le parquet général a présenté des preuves supplémentaires, toutes les étapes, telles que les réponses du parti à celles-ci, ont déjà été franchies.

Les démarches jusqu’à présent ont été effectuées par correspondance. L’une des prochaines étapes les plus importantes sera franchie mardi prochain et le procureur général de la Cour suprême Bekir ShahinCette fois, la Cour constitutionnelle comparaîtra devant la délégation et rendra oralement ses avis.

Il est probable que, selon la coutume, la Cour constitutionnelle, après avoir entendu le procureur général, demandera au HDP une défense orale concernant les appréciations finales du parquet. Bien qu’il n’y ait ici aucun délai fixé, il est raisonnable de s’attendre à ce qu’un délai similaire soit accordé, compte tenu du délai d’un mois accordé à la défense dans la décision de la veille. Le HDP fera ensuite une soutenance orale devant la Cour constitutionnelle à une date à préciser. Ce flux pourrait nous amener à une date comme le 10 février.

A l’étape suivante, la balle entrera déjà dans le camp du reporter qui regarde ce dossier. Le rapporteur conclura son interrogatoire à la lumière des dernières déclarations orales de l’accusation et des défenses contre elle, rédigera son rapport et le soumettra à la commission judiciaire.

On parle d’un dossier constitué de centaines de dossiers. Non seulement le parti a été fermé, mais l’interdiction de 451 membres du parti est également demandée. Dans la dernière étape après cela, la délégation KQ examinera le rapport du rapporteur et prendra sa décision.

PRÉSIDENT DE L’AYM BIENTÔT DISPONIBLE IL Y A UN CHOIX

Au moment précis où elle entrera dans cette fourchette, la Cour constitutionnelle sera témoin d’un choix important. Il a été élu président de la Cour constitutionnelle pour la première fois en 2015 et a été élu pour la deuxième fois en 2019 pour quatre ans. Zühtü ArslanSon mandat se termine le 10 février. A cette date, l’élection du président de la Cour constitutionnelle devrait également être achevée.

Selon les statuts de la MAP, la période électorale a effectivement commencé deux mois avant le 10 février. Selon la législation de la Cour constitutionnelle, le Président doit informer les membres du jour de l’élection une semaine à l’avance. Nous pouvons estimer que ce processus de sélection sera terminé dans un délai de fin janvier à début février.

Comme on peut le voir, lorsque l’on regarde ce calendrier possible, l’éventail décisionnel de l’affaire HDP se poursuivra même dans la période suivant l’élection de la Cour constitutionnelle. Dans ce contexte, qui sera élu et siègera à la tête de la Cour constitutionnelle est l’un des enjeux cruciaux de la prochaine période.

AYM CHOIX DU TRAVAIL PÉRIODE QUAND TU COMPTES

Si l’on considère le déroulement de l’affaire devant la Cour constitutionnelle, comme nous l’avons souligné précédemment, le déroulement après la fin des dépositions orales en février dépendra de la charge du dossier et, parallèlement, du rythme du rapporteur puis le mode d’action de la commission judiciaire.

Une question sur laquelle il faut se concentrer ici est que la période pendant laquelle la Cour constitutionnelle continuera à travailler sur la question de la fermeture coïncidera également avec une période pendant laquelle la Turquie se dirige rapidement vers des élections. Que la décision soit prise avant les élections ou après les élections sont des questions qui sont déjà débattues en public.

Il semble que tout le monde retiendra son souffle pendant les élections et suivra de près les progrès de la clôture de l’affaire devant la Cour constitutionnelle.

Un dernier point concerne la procédure décisionnelle de l’AYM. Le troisième alinéa de l’article 149 de la Constitution relatif au travail et à la procédure de jugement de la Cour constitutionnelle”Une majorité des deux tiers des membres participant à l’assemblée est requise pour l’annulation de la Constitution dans le cadre d’un amendement constitutionnel, la fermeture de partis politiques ou la suppression d’aides d’État.” a la disposition.

Autrement dit, pour que le HDP soit dissous ou privé de ses aides d’État, il faudra les deux tiers des voix, soit 10 membres sur 15.

On peut dire qu’AYM est en route pour l’un des examens les plus critiques de son histoire.

Leave a Comment