TDI a perdu 90 millions

Dans le rapport de la Cour des comptes, des irrégularités sont reflétées dans les ports de Giresun, Rize et Hopa, qui ont été privatisés selon la méthode du partage des revenus en transférant les droits d’exploitation des organisations maritimes turques (TDI).

Dans le rapport de la Cour des comptes, des irrégularités sont reflétées dans les ports de Giresun, Rize et Hopa, qui ont été privatisés selon la méthode du partage des revenus en transférant les droits d’exploitation des organisations maritimes turques (TDI).

Le député du CHP İzmir Atila Sertel, qui a partagé le projet de loi sur la corruption qui est entré dans le rapport de la Cour des comptes TDI 2021, a déclaré : « Les entreprises qui ont repris ces ports de la mer Noire ont créé un sous-traitant portant les mêmes noms pour ne pas payer la part des revenus, ils paierait TDI et ainsi l’institution a été créée dans le port de Giresun de 1 million 107 mille USD (20 millions 745 mille TL), 1 million 642 mille dollars (30 millions 771 mille TL) dans le port de Hopa. 74 mille dollars (38 millions 866 mille TL) dans le port de Rize, 4 millions 823 mille dollars (90 millions au taux de change d’aujourd’hui), il s’est avéré causer une perte de 383 mille TL. Alors que la Cour des comptes a exigé que le l’argent qui faisait l’objet du procès soit restitué avec les intérêts, il a souligné que les noms désignés par TDI pour la gestion de ces ports n’ont pas rempli leurs fonctions.”

“Aucun d’entre eux n’est marin”

Rappelant qu’une certaine partie des revenus des ports privatisés selon le contrat doit aller à TDI, Sertel a indiqué que les entreprises qui ont repris les ports ont créé des sous-traitants pour éviter de payer cet argent et ont fait des factures élevées à travers ces entreprises. Sertel a déclaré: «Selon les conclusions reflétées dans les rapports de la TCA; 25 % des principaux revenus d’exploitation et revenus locatifs et 2 % des revenus hors exploitation des sociétés d’exploitation doivent être transférés au TDI. Les sociétés exploitant les ports de Giresun, Rize, Hopa et Sinop ont créé des sous-traitants pour éviter de payer cette partie des revenus. Ainsi, les redevances perçues en contrepartie des prestations portuaires sont facturées à l’entreprise sous-traitante et non à la société mère. Le revenu de la société mère s’est avéré assez faible. Avec cette méthode, qui dure depuis 2015, plus de 90 millions d’argent qui auraient dû aller à TDI ont été pris. Les noms désignés pour la gestion portuaire, représentant TDI, ont été ravis de voir ce succès. J’invite ces administrateurs nommés par le gouvernement AKP, qui n’ont rien à voir avec la mer dans leur vie, à faire leur devoir.”

“Il y a une irrégularité”

Dans le rapport, Giresunport Liman İşletmecilığı A.Ş. Les informations suivantes sont fournies concernant le port de Giresun, qui est exploité par Ali Mercan Aydın, qui travaille en tant que directeur général adjoint au ministère du Trésor et des Finances, représentant TDI :

“En 2019, un total de 11 millions 878 mille 306 factures TL ont été émises pour les navires et leurs représentants par l’entreprise sous-traitante en question qui effectue des services portuaires, mais la facture émise par cette entreprise, qui est l’opérateur principal, pour l’entreprise sous-traitante était de 1 million 763 mille 863 TL, et la société exploitante sur ce montant, il a été déclaré que la partie TDI avait été calculée, et donc illégalement sous-calculée la partie TDI, d’un montant de 445 897 USD en devises étrangères. Dans le rapport du 08.03.2022 préparé concernant les actions TDI 2020 dans le port de Giresun, il a été constaté qu’un total de 661 000 611 USD de TDI avait été accumulé à tort en raison des mêmes pratiques. Après que la société exploitante ait contesté l’affaire et déclaré que les transactions étaient conformes au contrat et à la loi, un dossier d’arbitrage a été déposé contre cette société par TDI. L’affaire est en cours.”

“Rize a accepté, a payé l’argent”

Dans le rapport de la Cour des comptes, qui a déclaré que des millions de lires en dommages ont été créés par la même méthode dans le port de Hopa, qui est exploité par Park Denizcilik, les informations suivantes sont données sur le port de Hopa, qui est également sous la direction de l’ancien député de l’AKP à Izmir, Necip Kalkan :

« Pour les années 2015, 2016, 2017, 2019 et 2019, alors que les prestations fournies aux navires et aux représentants de navires par des entreprises sous-traitantes réalisant des prestations portuaires étaient basées sur la redevance de service portuaire, le principal opérateur portuaire facturait ces entreprises à un prix plus bas. Les prix, réduisant ainsi les revenus du port, auraient une part importante non reflétée dans les bilans financiers de la société mère, entraînant une sous-évaluation des actions de TDI, ainsi que le total de TDI de 1,4 million de dollars et 317 millions de dollars de créances. a été créé en relation avec ces périodes. Dans le rapport 2020 pour le port de Hopa, il a été constaté que la part de TDI de 242 196 USD au total était sous-estimée en raison de transactions effectuées par l’un des mêmes sous-traitants.

À la suite de négociations avec l’opérateur portuaire Hopa Park Denizcilik par des responsables de TDİ, il a également été écrit que les actions sous-payées à TDI dans les années 2015-2019 ont été finalisées à 696 mille 683 dollars et que ce montant a été versé à TDI plus tard.

“Il y a un sous-ministre dans l’administration”

Le rapport indique que la même pratique a été menée au port de Riport Rize, où Sibel Betül Birer, premier adjoint au maire de la municipalité de Bağcılar de l’AKP, représentant TDI, est sous gestion, et les informations suivantes sur le port de Rize ont été incluses :

Pour les prestations de chargement-déchargement qui s’effectuent à l’intérieur des frontières du port, alors qu’il s’agit à peu près de la même pratique dans le port de Riza, l’opérateur principal a signé un contrat de prestation avec une société sous-traitante, la même personne et les actionnaires autorisés. représenter dans les conseils d’administration des deux sociétés, il est donc considéré que les sociétés sont liées l’une à l’autre. En comparant les factures avec le tarif actuel du port de Riza, les rapports indiquent que l’opérateur principal facture au sous-traitant des montants bien en deçà du tarif en base dollar/tonne, une partie importante des revenus du port n’est donc pas reflétée dans les équilibres financiers de la société de l’opérateur principal et cette méthode conduit à sous-estimer les parts de TDI. Dans les rapports mentionnés ; Il a été constaté que pour les années 2015-2016-2017-2018 et 2019, un total de 1 million 878 mille 497 dollars a été calculé, et pour l’année 2020, une partie du TDI de 195 mille 892 dollars est manquante.

“Il faut se demander si cela aura des conséquences contre TDI”

Le rapport indique que l’opérateur Hopa Port a payé les parts manquantes de TDI avec intérêts, mais les opérateurs des ports de Giresun et Rize n’ont pas remboursé leurs dettes nées dans ce contexte malgré les initiatives. Il est donc important que les membres représentatifs de TDI examinent si les décisions prises au sein des conseils d’administration des sociétés exploitantes sont conformes aux accords de transfert et si ces décisions auront des conséquences sur TDI. (Nouvelles de gauche)

AGENCE DE PRESSE DET

Leave a Comment