Le stylo et le sac d’histoires de Petrachea Poenaru. Un cadeau pour les vacances d’hiver

Brevet n° 3 208, enregistré par Petrache Poenaru en 1827 au Département des Manufactures du Ministère français de l’Intérieur : “stylos portables sans ailerons, qui s’alimentent elle-même avec de l’incre”. En termes simples, les Roumains sont fiers qu’un de leurs compatriotes ait inventé le crayon, même s’ils ont donné le titre d’inventeur à Lewis Edson Waterman, quelques décennies plus tard, alors que le crayon pouvait être produit en série. Ce fait réel intéresse le droit, car c’est un épisode de l’histoire de la propriété intellectuelle, aussi passionnant qu’un roman d’aventures. Ce n’est pas un hasard si cet épisode technico-juridique devient le sujet d’une des interminables séries d’histoires qu’ils font Théodore, le dernier roman publié par Mircea Cărtărescu dans la maison d’édition Humanitas. Comme l’admet l’auteur, les sources d’inspiration étaient une lettre envoyée par Ion Ghica à Vasile Alecsandri en 1883, un livre saint éthiopien Kebra Nagast et un texte historique anonyme sur la vie de Tewrodos II, empereur d’Ethiopie. L’auteur ajoute avec raison : “Bien que j’ai essayé de bien documenter chaque détail de mon roman, afin que le lecteur puisse en tirer des enseignements sur la géographie et l’histoire, la religion et la culture, la morale des habitants, la flore et la faune, ce qu’ils boivent et manger, etc. étaient comme dans chacun des quatre mondes de ce livre (la Valachie, l’archipel grec, l’Éthiopie et la Judée à l’époque du roi Salomon), Théodore il ne prétend pas être quelque chose de plus qu’une fiction.” Le témoignage confirme la déclaration d’Ștefan Aug. Doinaș selon laquelle chaque œuvre d’art est le résultat de la recomposition des éléments de la réalité dans un nouvel ordre, jusqu’alors inédit, selon la vision du créateur et sa matrice de style.La hauteur esthétique du résultat dépend du talent de chaque auteur et de l’ampleur de l’effort pour le mettre en œuvre.

Les Roumains dont la fierté nationale a faim et soif peuvent se rassasier en lisant ce livre. Comment satisfaire tous ces assoiffés et affamés d’émotions esthétiques, proches de l’extase, où qu’ils soient, aujourd’hui et demain. Théodore est non seulement un chef-d’œuvre de la littérature roumaine, mais aussi de la littérature universelle de tous les temps, l’apogée de la carrière exceptionnelle du poète et prosateur. De nombreux arguments justifient cette affirmation, mais certains méritent une mention spéciale.

Le roumain est l’état de grâce de la langue roumaine. L’état de dégradation de la langue roumaine au cours des dernières décennies a été maintes fois déploré. Peut-être serait-il plus juste de constater l’incompétence ou, selon le cas, la dégradation culturelle des contemporains qui n’ont pas appris ou oublié d’apprécier la langue roumaine. A l’ère d’Internet, qui ampute toutes les langues, les écrivains font leur devoir, préservant et enrichissant la beauté de la langue dans laquelle ils créent. dans Théodore, la langue roumaine elle-même est le personnage principal qui perçoit la richesse visuelle, auditive, olfactive, gustative et tactile du monde. Lecteur avide de dictionnaires, Mircea Cărtărescu, découvre et crée des mots qui exercent ces cinq sens et bien d’autres dont seuls les créateurs sont doués. Un péché Levant, la langue roumaine est revenue à la dimension créée par les poètes et les prosateurs de la période pré-éminienne, sans renoncer aux dimensions éminienne et post-éminienne. Sous ce dernier aspect, un seul exemple : les sculptures de sel du four de Turda ressemblent à celles adorées par Zahei Orbul dans le roman de Vasile Voiculescu. Sur chaque page, les phrases ont la clarté et la brillance d’un cristal qui change de couleur en fonction du mouvement du Soleil et des étoiles de la nuit dans le ciel.

Les techniques narratives sont parfaitement maîtrisées. L’alternance des voix de l’auteur – à la première, deuxième et troisième personne, singulier et pluriel -, saute et revient dans le temps et dans l’espace, une séquence de moments épiques, épiques avec des moments d’une intensité lyrique écrasante, le tissage de significations et de symboles cachés , la fuite de l’imagination dans des espaces magiques, qui rappellent Ștefan Bănulescu de Le livre du millionnaire mais les auteurs latino-américains et les réseaux intertextuels donnent au roman une énorme structure symphonique.

La galerie de personnages est vertigineuse. Autour de Tudor, devenu Theodoros, puis Tewrodos, des personnages historiques ou fictifs gravitent, descendent et remontent dans le temps, dans l’intrigue des romans ou sur les fresques de l’église de Ghergani et des églises de l’archipel, des rois et des empereurs, depuis Salomon à la reine Victoria, héros et voleurs, saints et scélérats, mères pieuses, vierges et prostituées, ces dernières espérant le pardon dont jouit Marie-Madeleine. Cette galerie ne pouvait pas manquer Ion Ghica, qui, après sa pose mature dans le roman de Dan Dumitriu, revient à la vie littéraire, dans la pose d’un enfant et d’un adolescent, ami d’un gardien et aventurier, soit à Ghergani, soit à Bucarest, mais aussi dans le personnage d’un ivrogne de Samos : svelte, le paliac fou Théodoros fut quelque temps au service de l’exterminateur paliac qui le sauva de la potence. Et tout comme les anges peuvent élever dans les airs l’église du couronnement de Théodoros, en tant qu’empereur d’Éthiopie, ils peuvent à terme abaisser le pouvoir du bey de Samos en quelques années. Ainsi, l’auteur qui a créé le personnage de Theodoros lui-même devient un personnage dans un livre écrit par des anges dans les nuages ​​sur les avatars d’amis d’enfance.

De nombreuses pages du livre sont des éloges d’où jaillit l’amour érosif à fête de l’amour, du culte de Stamatin à la gloire de Dieu. Makeda, reine de Saba (Saba), vit avec Salomon une expérience érotique qui a donné naissance à Menelik (Fils du Sage), le fondateur légendaire de la dynastie éthiopienne, et le dernier empereur était Haile Selassie. Certains croient qu’il est né de cette histoire d’amour chanter des chansons, la plus belle chanson d’amour jamais écrite. Le miracle par lequel le Temple prend la lueur d’un diamant géant conduit à la transcendance de l’éros et à la conversion de Makeda à la foi en Dieu : « L’air brûlait entre eux, mais sa flamme est passée de la pure couleur rouge de l’amour et du désir à une encore plus dévorant l’azur d’une mer dans une autre. La turquoise fondue bouillonnait entre eux, comme un double sceau, comme un moule de deux âmes et de deux corps, les rejoignant dans les cieux, comme sur la terre. C’est l’anticipation de la communion chrétienne. Il est possible que la structure tripartite du roman fasse référence à la Sainte Trinité, et les 33 chapitres comptent même les années de Jésus-Christ.

Si Théodore sera accroché à la plaque des bonnes actions du Jugement dernier, comme l’espère l’auteur, il est impossible de le savoir. Mais c’est certainement le plus beau des cadeaux pour les vacances d’hiver. Un cadeau du Créateur céleste envoyé par le Créateur sur terre.

Valériu Stoica Il est avocat et professeur de droit civil à la Faculté de droit de l’Université de Bucarest.

Leave a Comment