à quoi ressemble la vie nocturne à Bucarest, réalisé par Bogdan Olteanu

“Taximetristi” est un nouveau film roumain qui sortira le 20 janvier dans les cinémas roumains. C’est le dernier film réalisé par Bogdan Theodor Olteanu basé sur le scénario qu’il a écrit avec Adriano Nicolae. L’équipe de Playtech s’est entretenue avec certains des acteurs du film pour révéler des détails sur leurs personnages, mais aussi pour savoir comment c’était sur le plateau.

Deux chauffeurs de taxi vivent une nuit une série d’événements qui bouleversent leur vie. Taxi Drivers, comme la pièce du même nom, invite le public à rejoindre les adorables personnages dans une histoire pleine d’humour et de suspense.

L’affiche du film, créée par Glitch, présente Alexandru Ion et Rolando Matsangos, les chauffeurs de taxi Lică et Liviu, ainsi que Victoria Raileanu, Monica Bîrlădeana, Andi Vasluianu, Cosmina Nedelcuo (“Micutzu”), Ana Maria Guran, Nicolet Hâncu et Carol Ionescu – certains des acteurs qui jouent les rôles de clients auxquels les protagonistes doivent faire face dans leurs courses à travers Bucarest. Le casting comprend également : Maria Popistașu, Mădălina Stoica, Alex Mircioi, Ramona Niculae, Ștefania Cîrcu, Emma Mateciuc, Adrian Ban, Adi Bulboacă, Adrian Nicolae. Le rappeur Spike fait une apparition spéciale et enregistre également de la musique originale pour la bande originale.

Victoria Railean

Ozana : Décrivez-nous votre personnage – caractère, traits, défauts, etc.

Gagner: Victoria est une femme extrêmement normale. Ce n’est pas une héroïne, elle ne fait rien que d’autres femmes, d’autres personnes, ne feraient pas. Il est à un tournant de sa vie où il commence à se remettre en question. Il commence à vouloir plus. Elle devient curieuse de ce qu’elle peut trouver en dehors d’une relation qui ne lui apporte plus aucun plaisir et qui ne la comble plus en rien. Mais cela ne signifie pas que l’amour pour le mari a disparu. Je dirais juste qu’elle est douce. Il fait de son mieux pour ne pas blesser Liviu, mais ensuite son rabat se brise et ça fait plus mal qu’il ne le devrait.

Ozana : Comment avez-vous fait la recherche et la préparation de votre personnage ? Vous identifiez-vous d’une manière ou d’une autre à lui, qu’avez-vous appris de lui ?

Gagner: Je joue ce personnage depuis quatre ans, donc je l’ai construit au fil du temps. Je le connais très bien. Je peux dire que c’est une grande partie de moi maintenant. Pour le film, je n’ai pas eu à faire de documentaires pour le rôle, j’ai juste dû adapter certaines répliques, nuances et intentions. Je m’identifie beaucoup à elle. Donc je ne sais pas si j’ai appris d’elle ou elle de moi.

Ozana : Comment avez-vous décidé de rejoindre le projet de Bogdan Olteanu et comment cela s’est-il passé sur le plateau ?

Gagner: Je fais partie du casting de la série, donc ce n’était même pas un problème pour moi de me demander si je voulais jouer dans le film. C’était une grande joie de pouvoir faire ça. J’aime vraiment travailler avec Bogdan et je lui fais confiance ainsi qu’à son style décontracté, comme si des amis se réunissaient pour faire quelque chose de cool ensemble. C’est comme ça avec lui.

Selon mes coéquipiers, j’ai eu les nuits les plus froides sur le plateau. C’était fatigant, je buvais trop de café et de boissons énergisantes, mais je savais que je faisais partie d’un projet cool, donc les nuits que je tournais ne me semblaient pas insupportables.

Ozana : Dans quelle mesure le film décrit-il bien la vie nocturne de Bucarest ? Quel est le profil du chauffeur de taxi de la Capitale ?

Gagner: Je pense que Bogdan et Adi Nicolae les ont très bien acquis.

Comme dans toute grande ville, les nuits sont pleines d’événements et de personnages hauts en couleurs, et comme pour les chauffeurs de taxi, j’ai fait plusieurs trajets où j’ai rencontré des chauffeurs de taxi très drôles, plus agressifs, plus coquets. Je pense qu’il est inapproprié de généraliser et de dire que tous les chauffeurs de taxi sont à sens unique. Mais force est de constater qu’Alex Ion, dans ce rôle, a un style particulier.

Ozana : Parlez-nous d’un incident drôle ou bizarre qui vous est arrivé dans un taxi dans la vraie vie.

Gagner: Je me souviens d’un chauffeur de taxi très gentil et positif. Il était comme une montagne d’un homme derrière le volant. Il a dû s’asseoir la tête baissée car il pouvait à peine rentrer dans la voiture. À un moment donné, lorsque le conducteur nerveux a klaxonné plus agressivement, il s’est regardé dans le rétroviseur et a dit “Qu’est-ce que tu veux, moi ?” fade et détendu. Ce jour-là j’avais des blagues sur moi et je lui ai dit “si tu te bats, sache que je te défendrai”. Il a regardé en arrière avec étonnement, a commencé à rire et a dit “Eh bien, je suis sûr alors mademoiselle”. Et la course est passée de calme à très amusante.

Ozana : Que doit avoir un film roumain pour attirer les spectateurs ?

Gagner: Vérité. Je pense que c’est ce qui attire les gens quand ils vont au cinéma. Et dans “Taximetrista”, ils trouveront la vérité dans chaque situation.

Ozana : Pourquoi les Roumains doivent-ils aller au cinéma pour voir le film “Taximètres” ?

Gagner: C’est très simple pour moi. C’est cette situation dans la vie où vous dites “si vous mettez ça dans un film, personne ne vous croira”. C’est ce que les gens trouveront dans notre film. Des morceaux de la vraie vie. Il s’y retrouvera, il rira beaucoup, il sera ému, il sera triste. Et ils trouveront de bons acteurs.

Ozana : Quels futurs projets as-tu, si on peut en parler ?

Gagner: Normalement, je n’aime pas parler des projets sur lesquels je travaille, car je veux qu’ils se réalisent le plus possible, pour être sûr qu’ils aboutiront et que je pourrai m’en vanter par la suite. Je ferai du théâtre et du cinéma en 2023. C’est tout ce que je veux dire pour l’instant.

Victoria Răileanu, sur le tournage du film Chauffeurs de taxi

Andi Vasluianu

Ozana : Décrivez-nous votre personnage – caractère, traits, défauts, etc.

Andy: Il est intelligent, très bon dans son métier, célèbre, amoureux, arrogant et terriblement ennuyeux.

Ozana : Comment avez-vous fait la recherche et la préparation de votre personnage ? Vous identifiez-vous d’une manière ou d’une autre à lui, qu’avez-vous appris de lui ?

Andy: J’ai appris le texte, parlé à Bogdan de son attitude et regardé quelques talk-shows, en particulier les cinéastes.

Ozana : Comment avez-vous décidé de rejoindre le projet de Bogdan Olteanu et comment cela s’est-il passé sur le plateau ?

Andy: J’ai aimé le scénario, j’ai aussi lu la pièce et j’ai voulu travailler avec Bogdan.

Ozana : Dans quelle mesure le film décrit-il bien la vie nocturne de Bucarest ? Quel est le profil du chauffeur de taxi de la Capitale ?

Andy: Je ne sais pas si c’est bien, mais je sais qu’il y a de l’humour et qu’il capte beaucoup de détails sur les gens qui se promènent dans la vie des deux chauffeurs de taxi. Je ne pense pas qu’il y ait un profil de chauffeur de taxi dans la capitale, je pense qu’il y a des gens et des événements.

Ozana : Parlez-nous d’un incident drôle ou bizarre qui vous est arrivé dans un taxi dans la vraie vie.

Andy: Ils m’ont remplacé par Dragoš Bucur et c’était tout, je trouvais ça drôle de faire semblant d’être quelqu’un d’autre et d’inventer des histoires de l’émission “Visuri la cheie”.

Ozana : Que doit avoir un film roumain pour attirer les spectateurs ?

Andy: Histoire crédible, humour, bon son et promotion intelligente.

Ozana : Pourquoi les Roumains doivent-ils aller au cinéma pour voir le film “Taximètres” ?

Andy: Parce qu’il a une histoire convaincante, il a de l’humour, du bon son et une promotion intelligente.

Ozana : Quels futurs projets as-tu, si on peut en parler ?

Andy: J’ai beaucoup de projets au théâtre, et il y a deux projets au cinéma dont je ne peux pas parler.

Andi Vasluianu, tournage pour Taxis

Carol Ionescu

Ozana : Décrivez-nous votre personnage – caractère, traits, défauts, etc.

Charles: Mon caractère a de nombreuses qualités, dont la générosité et la beauté intérieure, mais ce n’est pas exact. C’est pourquoi il prend un taxi.

Ozana : Comment avez-vous fait la recherche et la préparation de votre personnage ? Vous identifiez-vous d’une manière ou d’une autre à lui, qu’avez-vous appris de lui ?

Charles: J’avais déjà exploré inconsciemment les 20 dernières années de ma vie, quand je prenais des taxis et apprenais à connaître les chauffeurs et moi-même. Je m’identifie complètement au personnage, car il n’y a pas de différence entre nous, à part les costumes.

Ozana : Comment avez-vous décidé de rejoindre le projet de Bogdan Olteanu et comment cela s’est-il passé sur le plateau ?

Charles: Je travaille avec Bogdan Theodor Olteanu. Je sais ça de moi, tout comme je sais que je suis rousse, que je respire et que je n’aime pas les proxénètes. C’était agréable de tirer. C’était la nuit. Et j’ai travaillé avec des amis.

Adrian Nicolae et Spike, sur le tournage de Taxi Driver

Ozana : Dans quelle mesure le film décrit-il bien la vie nocturne de Bucarest ? Quel est le profil du chauffeur de taxi de la Capitale ?

Charles: Je pense que le film, fictivement, capte très bien la réalité immédiate, pas seulement de la capitale, dans laquelle les comportements et les typologies que nous connaissons se développent librement, car peut-être qu’en réalité ils ne pourraient pas ou ce serait difficile à croire qu’un faire. J’adore les films comme ça.

Ozana : Parlez-nous d’un incident drôle ou bizarre qui vous est arrivé dans un taxi dans la vraie vie.

Charles: Je pense que les plus bizarres se sont produites pendant les nuits d’excès pendant mes études. Et je ne me souviens pas très bien de ces nuits.

Ozana : Que doit avoir un film roumain pour attirer les spectateurs ?

Charles: Je ne suis pas bon en marketing. Je ne sais pas ce qu’ils devraient avoir. Je pense qu’il y a plusieurs conditions à respecter. Mais je pense que les cinéastes devraient accorder plus d’attention à la composante marketing. Trouver des moyens d’attirer les Roumains au cinéma. Parce qu’après tout, les films sont faits pour le public. Cependant, le public ne doit pas devenir le seul objectif, une statistique, selon laquelle vous façonnez toute l’idée du film.

Ozana : Pourquoi les Roumains doivent-ils aller au cinéma pour voir le film “Taximètres” ?

Charles: Parce que toutes les personnes qui ont participé à la création sont des artistes professionnels engagés à raconter des histoires.

Ozana : Quels futurs projets as-tu, si tu peux en parler.

Charles: Récemment, dans TDR, nous avons publié la première – “Interesul General”. La 9G de TNB diffusera “Insultare Publicului” en janvier. Et en juillet, la prochaine édition du Festival de théâtre et de cinéma “Șerban Ionescu”. Mais je vous en dirai plus sur ceux-ci sur Instagram. Vous verrez Taxi Driver au cinéma !

Leave a Comment