Nouvelles règles concernant les contrôles fiscaux – changement de perspective – 01.04.2023.

La manière dont les contrôles fiscaux sont effectués change avec l’entrée en vigueur du décret gouvernemental d’urgence no. 188/2022, modifiant la loi de procédure fiscale, adoptée dans le cadre de la réforme de l’administration fiscale roumaine.

Les nouvelles dispositions, qui sont principalement axées sur la mise en œuvre des contrôles fiscaux, visent à rendre l’activité de contrôle plus efficace, en se concentrant sur les zones réelles de risque fiscal et en effectuant des contrôles majoritairement à distance, au détriment des inspections fiscales exhaustives ou quasi-exhaustives actuellement utilisé par la majorité. En outre, le règlement contient des mesures visant à améliorer la communication entre l’administration fiscale et le contribuable et, surtout, à encourager le respect volontaire des obligations fiscales.

Définition du dossier fiscal et du dossier administratif de l’action de contrôle fiscal

Les définitions du dossier fiscal et du dossier administratif des actions de contrôle fiscal seront explicitement énoncées dans la loi de procédure fiscale, afin de faciliter le respect du droit de la défense du contribuable, reconnu par les décisions de la Cour de justice de l’Union européenne . Selon la nouvelle réglementation, l’autorité fiscale sera tenue, à la demande écrite du contribuable/débiteur sur lequel l’action de contrôle fiscal est exercée, de mettre à sa disposition le dossier administratif sur l’action de contrôle fiscal.

Notification au contribuable de la classe/sous-classe du risque dans laquelle il se situe

La règle ayant un impact significatif sur le contribuable prévoit qu’il peut demander à l’administration fiscale la communication de la classe ou sous-classe de risque fiscal dans laquelle il est classé selon l’analyse de risque. Les informations seront transmises par tout moyen de communication justifiant de leur réception, sauf si des objectifs d’intérêt général justifient de restreindre l’accès à ces informations. Toutefois, cette disposition s’applique à compter du 1er janvier 2026.

Demande d’informations ou de documents et flux de communication entre le contribuable et l’administration fiscale

Selon GEO no. 188/2022, si des documents ou des données sont nécessaires pour clarifier la situation fiscale, l’autorité fiscale pourra demander au contribuable uniquement ceux qu’elle ne possédait pas auparavant. De cette façon, la duplication des demandes de plusieurs autorités fiscales ou même d’une même institution pour la livraison des mêmes données ou documents qui sont déjà en possession de l’administration fiscale sera évitée.

Changements concernant l’inspection fiscale

Le deuxième changement important prévoit que, dans le cas de créances gérées par l’autorité fiscale centrale, la sélection des contribuables pour la mise en œuvre de l’action de contrôle fiscal sera effectuée au niveau de l’appareil central de l’ANAF, sur la base d’une analyse des risques, et l’organisme d’inspection fiscale aura le pouvoir d’effectuer l’inspection fiscale dans tout le pays.

Comme exception à la règle de sélection des contribuables à contrôler en fonction du degré de risque déterminé sur la base de l’analyse des risques, la possibilité d’une sélection aléatoire des contribuables pour une action de contrôle fiscal est introduite. Le règlement s’applique strictement aux créances fiscales gérées par l’autorité fiscale centrale et limite le pourcentage maximum de contribuables sélectionnés au hasard, au cours d’une année civile, à 10 % du nombre total de ceux sélectionnés pour la surveillance fiscale au cours de cette année. Le dépassement de ce pourcentage est une faute disciplinaire.

Avant de sélectionner les contribuables à contrôler, l’autorité de contrôle fiscal leur adressera un avis de conformité contenant les risques fiscaux identifiés dans un délai de 30 jours à compter de la date de remise de l’avis, afin de leur permettre d’améliorer leur situation fiscale. avis. Pendant cette période, l’organisme d’inspection fiscale n’entreprendra aucune action en vue de l’élection à l’inspection fiscale. À la fin de la période de 30 jours, les payeurs à haut risque fiscal qui n’ont pas éliminé les risques fiscaux pour lesquels ils ont été notifiés sont soumis à une surveillance fiscale obligatoire ou à une vérification documentaire. En revanche, même s’il l’exécute dans les délais, le contribuable n’échappe pas au risque d’être ultérieurement sélectionné pour le contrôle fiscal.

Quant au lieu du contrôle de contrôle, il y a un changement de point de vue du législateur, en ce sens que le contrôle de contrôle sera exercé en règle générale au siège de l’organisme d’inspection fiscale, et seulement exceptionnellement au siège du contribuable.

Toutefois, il convient de noter que la plupart des modifications liées à la surveillance fiscale entrent en vigueur le 1er janvier 2026.

Changements dans la certification des documents

Du point de vue de la juridiction, la loi de procédure fiscale stipule expressément que la vérification des documents est effectuée en collaboration avec les organes d’inspection fiscale, y compris les organes de lutte contre la fraude fiscale et les organes fiscaux chargés de procéder à la vérification de la situation fiscale personnelle. Leur compétence s’étend sur tout le territoire de l’État.

Compte tenu de l’objet de ce type de contrôle, certaines périodes comprises dans une ou plusieurs périodes fiscales peuvent faire l’objet d’un contrôle documentaire. Dans le même temps, les travaux et documents soumis à vérification documentaire sont sélectionnés par l’autorité fiscale compétente, qui peut contrôler un ou plusieurs travaux effectués dans un certain laps de temps, en fonction de l’analyse des risques.

Si le contribuable ne présente pas les documents corrects et complets demandés par l’autorité fiscale dans le délai imparti au cours de la procédure de contrôle, ou si les documents présentés confirment les différences constatées par l’autorité fiscale, celle-ci émettra une décision fiscale déterminant les différences de créances exigibles fiscales.

Une décision fiscale résultant d’un contrôle documentaire ne peut, en règle générale, être légalement adoptée sans entendre le contribuable, car elle est nulle. De plus, le contribuable a le droit d’exprimer son point de vue par écrit et, selon le cas, de contester la décision en cause.

Modifications du contrôle anti-fraude

Le nouveau règlement prévoit expressément certains droits du contribuable lors de la surveillance anti-fraude, parmi lesquels les plus importants sont de recourir à une assistance spécialisée, d’être informé des constatations lors du contrôle, d’être le moins possible affecté par l’activité, Ces droits des contribuables étaient auparavant reconnus dans la pratique, mais n’étaient pas expressément prescrits par les lois.

De nouvelles règles également pour vérifier la situation fiscale personnelle

Les aspects susmentionnés concernant la notification de l’accomplissement de l’obligation avant le contrôle fiscal s’appliqueront également dans le cas de la vérification de la situation fiscale personnelle, afin d’encourager l’accomplissement volontaire de l’obligation. Aussi, à l’instar de la supervision de l’inspection, l’analyse des risques pour l’identification des personnes physiques qui représentent le risque fiscal de non-respect des obligations sera effectuée par la structure compétente au niveau central de l’ANAF. Enfin et surtout, la possibilité d’une sélection aléatoire de personnes physiques pour la vérification du statut fiscal personnel est prévue.

En conclusion, GEO no. 188/2022 apporte, sans aucun doute, d’un point de vue quantitatif et qualitatif, l’un des changements les plus importants à la loi de procédure fiscale depuis son entrée en vigueur en 2016. En outre, l’efficacité des contrôles fiscaux et la réalisation des objectifs de ces changements juridiques dépendent largement de la manière dont ils seront mis en œuvre dans la pratique, tant par les autorités fiscales que par les contribuables.

Leave a Comment