Nous réalisons plus de 60 % de nos investissements dans les chemins de fer.

Adil Karaismailoğlu, ministre des Transports et des Infrastructures, Après avoir inspecté le bâtiment du terminal de l’aéroport d’Antalya et reçu un briefing sur les travaux, il a fait des déclarations aux journalistes.

Rappelant que la construction du nouveau terminal de l’aéroport d’Antalya se poursuit, Karaismailoğlu a déclaré qu’ils se consulteront et prendront des mesures importantes pour l’avenir de la ville. Karaismailoğlu a expliqué qu’ils tiendront des discussions importantes sur l’accélération des projets en cours à Antalya et les nouvelles demandes.

Notant qu’Antalya est l’un des centres touristiques les plus importants au monde, Karaismailoğlu a déclaré: “Nous prenons des mesures importantes pour éliminer toutes les difficultés avant le développement et la croissance de la Turquie et d’Antalya, ce qui augmente son attractivité et pour résoudre les problèmes qui venir devant nous dans les années à venir », a-t-il déclaré.

La capacité passagers passera à 80 millions

Soulignant qu’ils avaient lancé un important appel d’offres pour l’aéroport d’Antalya début décembre de l’année dernière, Karaismailoğlu a déclaré: “Nous avons prévu un investissement de 750 millions d’euros ici, car nous devions faire cet investissement pour répondre aux demandes des prochaines années. terminal international, la rénovation des tours existantes, l’aménagement des bâtiments VIP et CIP et donc l’aménagement des bâtiments VIP et CIP ici. Nous avons lancé un important appel d’offres pour augmenter la capacité passagers de 35 millions à 80 millions. utilisé les phrases.

Karaismailoğlu a attiré l’attention sur le fait que ledit investissement a été fait à l’opérateur sans laisser un sou du budget de l’État et a déclaré :

“De plus, nous avons conclu cet appel d’offres avec des revenus locatifs garantis de 8 milliards et 555 millions d’euros pour la période d’exploitation de 25 ans après 2025. Nous avons mis 2 milliards et 138 millions d’euros, soit 25% de ces 8 milliards et 555 millions euros d’opération. revenus des loyers, dans le budget de notre Etat en novembre dernier”.

“Nous marquons l’histoire de l’industrie aéronautique depuis 20 ans”

Karaismailoğlu a rappelé qu’ils avaient des difficultés dans l’industrie aéronautique avec l’épidémie et a déclaré qu’ils commençaient à approcher le nombre de passagers de 2019 depuis la fin de l’année.

Exprimant que l’année à venir sera beaucoup plus productive, Karaismailoğlu a poursuivi son discours comme suit :

“Nous avons marqué l’histoire du secteur de l’aviation au cours des 20 dernières années. En 2002, le nombre de passagers dans le secteur de l’aviation en Turquie n’était que de 30 millions. Lorsque nous avons atteint 2019, nous avons augmenté ce chiffre à 210 millions. Nous avons fait des compagnies aériennes selon Nous avons augmenté le nombre d’aéroports de 26 à 57. Suivant Çukurova Nous allons augmenter ce nombre à 60 avec nos aéroports de Yozgat et Bayburt-Gümüşhane. L’aéroport d’Istanbul est l’un des plus grands au monde. Centre de transit au monde . Nous avons fait un travail très réussi avec la coopération public-privé ».

Karaismailoğlu a noté que l’aéroport d’Istanbul terminera l’année avec un nombre de passagers approchant les 65 millions.

Déclarant que l’aéroport est le premier en Europe à battre des records chaque mois, Karaismailoğlu a déclaré que l’aéroport d’Istanbul est l’un des meilleurs aéroports au monde avec la qualité de service.

Karaismailoğlu a souligné que l’aéroport Sabiha Gökçen, qui s’est développé, fournit des services avec 600 vols quotidiens et 100 000 passagers.

“Ces investissements sont une question de vision et de compréhension”

Se référant au fait que les investissements dans l’aviation ont été productifs l’année dernière, Karaismailoğlu a déclaré que les aéroports de Tokat, Rize et Artvin ont été mis en service et que la construction des terminaux à Malatya et Kayseri se poursuit.

Rappelant que l’année dernière, ils ont mis en service le nouveau terminal de l’aéroport de Gaziantep, Karaismailoğlu a déclaré : « Ces investissements sont une question de vision et de compréhension. Maintenant, il y a une Turquie qui peut faire des choses qui peuvent être faites en 100 ans en 20 ans. Aujourd’hui, notre industrie du transport aérien continue de montrer cette vision au monde en battant des records.

Soulignant que des travaux réussis ont été réalisés à l’aéroport Esenboga d’Ankara, Karaismailoğlu a poursuivi comme suit :

“Un investissement d’environ 300 millions d’euros était nécessaire. Il y avait des travaux à faire à l’aéroport d’Esenboga en fonction de la capacité et des besoins des passagers. Nous avons dû construire la troisième piste et rénover la piste existante. Il fallait augmenter la capacité de construire l’aérogare existante et investir 300 millions d’euros avec la construction de nouvelles tours Nous allons investir 300 millions d’euros avec le modèle build-operate-transfer sans sortir un seul centime des caisses de notre Etat.

Expliquant que la Turquie s’est développée, a grandi et a des objectifs importants, Karaismailoğlu a déclaré qu’elle avait jusqu’à présent investi 183 milliards de dollars dans le secteur des infrastructures de transport. Karaismailoğlu a poursuivi son discours comme suit :

“Nous avons 29 000 kilomètres de réseau routier divisé, 68 000 kilomètres d’autoroutes que nous exploitons et des investissements ferroviaires que nous avons portés à 13 100 kilomètres, dont 1 400 kilomètres de trains rapides. kilomètres de réseau ferroviaire. Un investissement ferroviaire. Nous réalisons plus de 60 % de nos investissements dans les chemins de fer, car le délai est désormais impératif pour notre pays. »

Karaismailoğlu a noté qu’ils prévoient un investissement de 198 milliards de dollars jusqu’en 2053 et ont commencé leurs travaux.

Les nouvelles présentées aux abonnés via le système de flux de nouvelles AA (HAS) ont été publiées sur le site Web de l’agence Anadolu, de manière résumée. Veuillez contacter pour l’abonnement.

Leave a Comment