Magazine Zări Alb Astra: Pièces secrètes dans “Mircea…”

La sous-directrice m’a reçu dans son bureau, l’ancien bureau de la sous-directrice de l’inspection départementale, et nous a donné une courte et intéressante leçon d’histoire sur le lycée ; dans le bureau j’ai eu l’occasion de voir la sculpture originale : “Where was you hide from” de 1928 de Jale, un ancien mirciste. Avec l’aide de responsables locaux et étatiques, le 13 octobre, en présence d’IC ​​Brătianu, la construction du bâtiment destiné au lycée a commencé. Le bâtiment a été conçu par l’architecte N. Stănescu et les travaux de fondation ont été conçus par l’ingénieur D. Staicovici. Le bâtiment du théâtre a appartenu au lycée jusqu’en 1956. La question est, y a-t-il jamais eu un lien, un moyen de communication entre l’aile de Mircea et le théâtre d’aujourd’hui ? La réponse est non. Le théâtre est un bâtiment séparé, qui appartenait à l’administration du gymnase et servait de salle pour les cérémonies. Tous les moments festifs s’y déroulaient.

Bureau et table célèbre

L’un des sujets de conversation était le bureau. Les armoires sont d’origine, le reste du mobilier n’est pas climatisé. Des livres rares, très anciens et précieux y sont conservés. Contrairement aux autres salles qui n’ont pas conservé leur destination première, la salle Coriolan, qui abritait autrefois un laboratoire de chimie : une “véritable usine”, le bureau a été continuellement utilisé selon sa destination première.

Dans le bureau, il y avait une table célèbre, dans son état d’origine, symbole de la vie de l’Université nationale “Mirčea l’Ancien”. Lors du montage, l’artisan a installé un mécanisme de déverrouillage qui est activé par une clé spéciale. Avec sa mort, la clé a également été perdue, de sorte que la table est restée immobile. Il ne peut se déplacer qu’avec le sol ou les poutres, avec la table prise dedans. Pendant l’occupation soviétique, la chancellerie servait de caserne. Les troupes russes ont essayé de l’enlever, mais se sont vite rendu compte que cela signifiait démolir le bâtiment. À ce jour, toutes les rénovations et remodelages sont effectués en tenant compte de la position fixe de la table.

Sous-sol et groupe de rock

Un autre sujet était le sous-sol, un petit espace qui, il y a plus de 20 ans, était utilisé pour les répétitions du groupe de rock de l’école, et qui est maintenant un entrepôt. La partie avec accès depuis une petite cour intérieure dispose de plusieurs pièces au sous-sol. Autrefois, elles servaient de salles de classe, mais dans le contexte de la pandémie, elles sont devenues des lieux de stockage de mobilier, et sont actuellement le siège du club de robotique.

Archives scolaires et salle de sport

J’ai visité l’une des archives de l’école, l’ancien gymnase pour être exact. Le bâtiment annexe, presque relié au bâtiment du théâtre, a une entrée depuis une grande cour intérieure. L’espace se compose de deux petites pièces qui se font face, avec une salle de bain entre elles. A l’origine, elle était installée avec des miroirs sur les murs des salles, afin de créer l’impression d’un double espace, et des équipements : tapis roulants, vélos, haltères, barres, etc. La salle de fitness était à la disposition des étudiants et des professeurs. . Pour des raisons subjectives, les professeurs étaient ceux qui venaient plus souvent en classe que les étudiants, qui préféraient passer leur temps libre différemment ; dans les cours de sport, ils préféraient jouer au basket, au volley, aux échecs, etc. En raison de l’utilisation “excessive” de la salle et du besoin d’espace, elle est devenue l’une des archives de l’école. Le matériel ayant été obtenu grâce à un don, le Lycée à son tour a fait don du matériel.

Je n’ai pas oublié de me renseigner sur le pont du lycée, où il y a plusieurs salles de classe pour les langues étrangères. Un escalier étroit et un peu ennuyeux, comme les autres dans l’aile du Parc, conduit à une salle assez spacieuse ; la lumière pénètre par les fenêtres comme des yeux curieux regardant vers la cour intérieure
Naturel. Nous sommes accueillis par des portes miteuses, mais qui correspondent à l’âge et à l’antiquité du lieu, et derrière elles se trouvent deux salles de classe où se déroulent habituellement les cours d’anglais, d’allemand ou de français. Comme tout pont respectable, le gymnase “Mirča” cache des volées de coucous qui pleurent.

Pour la première en moi, ce voyage dans les salles méconnues du lycée est une source de fierté : moi aussi j’appartiens à ce lieu merveilleux.

Auteur Maria Valeria ŞELARU

Article et photo extraits du site du magazine Zări Alb Astra

Leave a Comment