La vie comme un livre de fiction : Răsvan Popescu, “Dans le torrent”

Des vérités inconnues prennent forme en filigrane, dans un livre dont l’auteur est lui-même un personnage, et des images successives décrivent les faits qu’il présente au grand public, sous couvert de fiction. Un livre dans lequel la prose et le film s’entremêlent constamment, dans une histoire sur la réalité, dans une autre sorte de journal intime ou d’autobiographie, avec des masques et des rideaux imaginaires qui se chevauchent dans les plans narratifs.

Parfois, les gens qui ont quelque chose à montrer au monde préfèrent se tourner vers la fiction pour fournir toutes les explications qu’ils auraient autrement à cacher. Le chemin le plus direct vers la vérité est l’histoire elle-même, si les lecteurs savent recueillir des faits au-delà de la maîtrise du narrateur ou de certains personnages qui ne révèlent que partiellement leur identité.

Bien que certains critiques littéraires estiment que l’œuvre d’art doit être analysée séparément de l’auteur, dans le postmodernisme, et surtout dans la période contemporaine, le passage des plans narratifs à la vie réelle et vice versa, dans une arrivée et un départ continus et indécis, qui devient une technique narrative appropriée pour le lecteur d’aujourd’hui. Un mélange de réalité et de fiction, de souvenirs, de révélations et de descriptions d’expériences intenses, passées dans le domaine du fantastique, satisfait simultanément la soif de connaissance et de plaisir, dans une nouvelle œuvre littéraire à laquelle appartient le roman “U bujici”, l’auteur dernier ouvrage connu du grand public principalement en tant que journaliste des premières années après la révolution.

D’autres écrivains l’ont vu

Mais l’auteur n’est pas qu’un journaliste et son vécu complexe donne une couleur particulière à son écriture actuelle. « Răsvan Popescu, romancier, poète, scénariste, ancien reporter, vise à produire une œuvre polyphonique ; et “In torrent” nous avons une histoire-scénario, où la biographie et le récit ne font qu’un, jusqu’à ce qu’il se transforme en labyrinthe, celui où le Minotaure-Auteur erre, et l’image et le mot se mélangent sur l’écran virtuel. On assiste à une balançoire, une danse, un puzzle qui s’assemble, se défait, se recompose, un film dans un film, une histoire sur une histoire, dans une autre histoire, comme des poupées matriochka. Fiction et réalité s’entremêlent à la fois, coulant ensemble dans le torrent de la vie, ainsi que les personnages, sans vrais noms, mais significativement esquissés, visibles, mémorables, portés par l’Auteur – tour à tour personnage – échoués, de d’un récit à l’autre, sur des lieux de repos et des niveaux différents. Au final, des personnages réels ou fictifs, en prose et/ou film, disparaissent comme un ultime salut sous les yeux de l’Auteur contenu dans le poison administré par le serpent du savoir. Răsvan Popescu est un écrivain qui parvient magistralement, à travers les deux cents pages, à interpeller son lecteur, à l’impliquer dans sa propre écriture, à le transformer de manière hypnotique en l’un des personnages de Bujica”, écrit Cassian Maria Spiridon à propos du livre de Răsvan Popescu.

Retour des personnages

On apprend de l’auteur lui-même que « U bujici » est « un roman à la frontière entre réalité et fiction, biographie et écriture. De ma vie telle qu’elle était et comment je l’ai recomposée sur papier et film. a 30 ans. Et en même temps avec les gens qui m’ont marqué, les histoires que nous avons projetées ensemble. Vous retrouverez donc des noms difficiles comme Luciano Pintilie, Dan Pița, Radu Gabrea, Nicolae Mărgineanu, mais aussi les personnages que j’ai écrits pour eux Et même les acteurs qui les ont incarnés : Răzvan Vasilescu, Victor Rebengiuc, Cecilia Bârbora, Dorel Vișan, Victoria Cociaș, Marcel Iureș, Maria Ploae et d’autres.

En ce sens, c’est un livre qui parle du cinéma, du rapport entre les mots et les images.

Et aussi l’histoire de notre temps. Les héros glissent entre notre passé collectif, douloureux, traumatique et même le présent toujours incertain…”, Răsvan Popescu décrit son nouveau roman.

Un livre sur les films

Le roman “U bujici” est construit sur la relation entre l’auteur et ses personnages. Il écrit un roman d’amour avec Lui et elle fuyant la réalité qui les rejette, ils se cachent parce qu’ils sont adultères, ils s’influencent mutuellement. Je voyage comme dans un rêve sans fin jusqu’au bout du monde…

Une histoire qui sera projetée. Il y a toujours une équipe de tournage autour d’eux, ils ne sont jamais seuls.

Les angles sont tantôt complémentaires, tantôt opposés : leur regard sur la vie est doublé et le regard différent que la caméra porte sur eux. Et l’équipe a sa vie à elle, se plaignant des conditions, du financement, de la maigreur du scénario qui l’oblige toujours à improviser.

En ce sens, c’est aussi l’histoire de la fabrication d’un film, l’histoire en images. Tout, héros et équipage, est emporté en aval par le torrent, à bord d’un vieux navire qui reçoit de l’eau. La vie en surface. Où?! Quelque chose va se passer…

Rasvan Popescu

La présentation du nouveau roman de Răsvan Popescu, “U bujici”, aura lieu le samedi 10 décembre, lors de la Foire du livre “Gaudeamus” à Bucarest, à partir de 10h00, dans l’espace événementiel Mircea Nedelciu, dans le pavillon B2 du exposition complexe. Romexpo.

Leave a Comment