Que va-t-il se passer ? – Journal du monde

“Qu’est-ce qui se passe?” dans le journal Dünya. J’ai écrit un article. L’un de mes maîtres vénérés a noté : “Alors, que se passera-t-il en 2023 ?” Il est très difficile de deviner, de spéculer…

Les entreprises préparent leurs budgets pour 2023. Elles font beaucoup d’hypothèses. Comment les frais vont-ils évoluer ? A quoi ressemblera l’inflation ? Quelle sera donc la croissance ? Il y a des élections cette année aussi, quels sont les effets du processus sur l’économie et donc sur les entreprises ? Afin de pouvoir faire des prévisions solides pour 2023, cette année, dans laquelle nous vivons les derniers jours, doit être bien analysée. 2022 a été une année arc-en-ciel, pour ainsi dire, pour de nombreux secteurs similaires, notamment le papier et l’emballage, que je suis de près. Le premier trimestre n’a pas égalé l’année précédente en termes de croissance et de rentabilité. Les problèmes d’approvisionnement en matières premières survenus pendant le processus pandémique ont conjugué une demande et une rentabilité élevées. L’activité et la rentabilité, qui ont commencé à baisser au deuxième trimestre, restent à des niveaux acceptables. Tout a basculé au troisième quart-temps. La baisse des ventes et la concurrence pour compenser cela ont entraîné une baisse de la rentabilité. La résolution des problèmes d’approvisionnement a réduit les prix des matières premières malgré la hausse des coûts de l’énergie. Des difficultés dans ce sens ont également été éprouvées par ceux qui ont tenté de prendre des mesures avec des stocks élevés contre l’accélération du premier semestre et les problèmes d’approvisionnement de l’année précédente. Tandis que la stagnation du taux de change du dollar déprimait les exportations, elle a stimulé les importations. Lorsque la concurrence intérieure accroît la pression sur les importations, la rentabilité chute encore plus. On note qu’il y a eu une reprise au dernier trimestre et que ça va mieux qu’au troisième trimestre.

Qu’est-ce qui nous attend en 2023 ?

Il sera divisé en deux parties l’année prochaine, lors des élections générales. Avant et après les élections… Je ne pense pas que les taux de change seront très volatils avant les élections. Si d’autres mesures ne sont pas prises, les exportateurs pourraient continuer à connaître les problèmes qui ont commencé au troisième trimestre de cette année. Les importations peuvent forcer la production en prenant une partie de la demande intérieure. Avec les montages de prêts qui seront soutenus par la Banque Centrale et les banques publiques, les entreprises pourront fonctionner plus facilement en termes de financement. Les taux d’intérêt de ces prêts sont assez attractifs compte tenu des taux d’inflation annoncés par TURKSTAT.

Selon les données de TUIK en novembre, les prix de l’électricité ont augmenté de 443 %, le pétrole brut et le gaz naturel de 203 %, le coke et les produits pétroliers raffinés de 141 %, le charbon et le lignite de 137 % au cours des 12 derniers mois. Les prix du pétrole brut, en baisse ces derniers mois, pourraient empêcher la hausse des coûts liés à l’énergie enregistrée l’an dernier. Du moins, il faut s’attendre à ce que de nouvelles augmentations ne soient pas à l’ordre du jour. Ce sont toutes mes opinions personnelles.

Propositions post-électorales…

Passons aux élections. C’est l’œuvre à la fois d’économistes et de politologues. Il m’est très difficile de commenter l’après-élections. Les décideurs doivent bien lire le marché en 2023 et considérer les directions qui en découleront. J’ai quelques modestes suggestions pour 2023.

Gardez à l’esprit que les prêts bancaires peuvent être insuffisants pour le fonds de roulement en raison d’une inflation élevée. Recouvrez vos créances à temps. Ne laissez pas les échéances s’ouvrir et les méthodes de paiement changer. Écart par rapport au niveau de stock optimal en tenant compte d’éventuelles fluctuations de prix intenses. Reporter pendant un certain temps les investissements de renforcement des capacités non initiés. Mais concentrez-vous sur les investissements qui améliorent la productivité.

Essayez d’emprunter TL dans les investissements. Gardez à l’esprit que les taux d’intérêt des prêts basés sur le TL peuvent être inférieurs aux taux de dépréciation du TL, en particulier par rapport au dollar américain et à l’euro, au moins le taux connu est plus contrôlable par rapport à un taux inconnu.

Comme je l’ai mentionné plus haut, les prix de l’énergie ont beaucoup augmenté au cours de la dernière année. L’efficacité énergétique doit être une priorité. D’autre part, il est également important de pouvoir produire une partie de l’énergie nécessaire. Equipez au moins les toits des usines de panneaux solaires.

Être touché par de petites crises et licencier des travailleurs sans une bonne projection. Les ressources humaines sont l’une des principales sources de productivité et nous connaissons très bien la contribution de notre personnel formé à la productivité. Gardez votre personnel qualifié à tout prix.

Les livres de TVA et d’impôt sur les sociétés étaient une légende

À l’époque de notre comptabilité, nous nous appuyions sur de nombreuses sources. Deux d’entre eux étaient un autre important pour nous. Les livres de feu Yılmaz Özbalcı et Mehmet Maç Usta, décédé la semaine dernière. Dans toute discussion fiscale, les points de vue de ces deux maîtres seraient exprimés et guidés.

Mehmet Maç Usta nous rapprocherait du milieu de tableau et nous permettrait d’évaluer les événements avec la dynamique du secteur privé. Vos livres de maîtrise sur la taxe sur la valeur ajoutée et l’impôt sur les sociétés étaient légendaires. Lors de la préparation du test d’aptitude, j’avais consulté à plusieurs reprises le livre sur la taxe sur la valeur ajoutée.

Les livres de Yılmaz Özbalcı Usta, qui ont grandement contribué à la croissance du monde fiscal, sont mis à jour et réimprimés comme si le Maître était vivant, par les Maîtres qui ont abordé le sujet. Özbalcı Ustat continue de vivre et de diriger le monde fiscal avec ses livres mis à jour.

Je suis sûr que la même sensibilité sera montrée pour Mehmet MAÇ Usta. Tous ses travaux devraient être mis à jour et rejoints par nos nouveaux collègues qui ne le connaissaient pas. C’est le devoir de tous les contribuables qui ont suivi son éducation.

Au revoir, mon seigneur. Repose en paix et bénis ton droit envers nous.

Leave a Comment