Cercle autour d’Andrej Ursu


Et l’eau a été agitée à l’Institut pour la révolution de la révolution roumaine en décembre 1989. Plus d’un mois après qu’Andrei Ursu ait été démis de ses fonctions de directeur scientifique de l’IRRD, le Collège national les membres du forum réagissent. c’est pourquoi il a envoyé hier un appel adressé au Collège national de l’Institut de la révolution roumaine de décembre 1989, appelant le Collège national à remplir son rôle institutionnel.

Voici le message publié par Agerpres :

Nous, les membres du Conseil Scientifique de l’Institut de la Révolution Roumaine de décembre 1989, constatons que le but légal de l’Institut – “l’analyse scientifique des prémisses, du développement et des effets – dans le sens politique, économique, social – de la Révolution roumaine de décembre 1989” – a été gravement violée par les actions du secrétaire général de l’Institut, M. Emil Cutean, avec des actions qui ont abouti le 25 novembre 2022 au limogeage insultant du directeur scientifique de l’IRRD, M. Andreï Ursu.

Andrei Ursu n’est plus le directeur scientifique de l’Institut pour la révolution

Au regard du cadre légal existant qui stipule que l’organe délibérant de gestion de l’Institut est l’Université nationale, le Conseil scientifique de l’IRRD invite l’Université nationale à remplir son rôle institutionnel et à s’engager à :

1. Constater officiellement le fait que le Secrétaire général n’a pas reçu de mandat du Président de l’Institut ou de l’Université nationale pour révoquer le Directeur scientifique, et par conséquent confirmer expressément le fait que M. Andrei Ursu était et est toujours le Directeur scientifique de l’Institut pour la Révolution en Roumanie depuis décembre 1989

2. Garantir les ressources et la liberté de travail de la Direction de la Recherche, sans aucune ingérence du Secrétaire Général de l’IRRD. La qualité de l’activité de recherche scientifique est et sera évaluée par le Conseil Scientifique qui, à travers les personnes qui le composent, est chargé de procéder à cette appréciation.

3. D’exprimer son soutien à la direction de recherche annoncée par le directeur général de l’IRRD, M. Petre Roman, et le directeur scientifique, M. Andrei Ursu, qui ont donné la priorité à l’identification des responsables de la répression violente des révolutionnaires en décembre 1989, ainsi que de la mort de tant de héros et de martyrs après le 22 décembre 1989. Lorsque la culpabilité de la mort de décembre 1989 sera documentée, il sera possible d’enquêter sur d’autres aspects importants, en particulier les actions de centaines de milliers de citoyens qui ont risqué leur vie pour la liberté pendant le Révolution.

La démission d’Andrej Ursu et le jeu du CNSAS

4. Analyser l’activité du Secrétaire Général de l’Institut et tirer les conclusions institutionnelles de cette analyse ; selon les membres du Conseil scientifique, M. Emil Cutean a délibérément saboté le fonctionnement de la Direction de la recherche et la réalisation de l’objectif de l’Institut de la révolution roumaine en décembre 1989.

Si les mesures ci-dessus ne sont pas mises en œuvre lors de la prochaine réunion du Collège national, nous serons obligés de conclure que cet organe consultatif abandonne son rôle d’assurer la réalisation de l’objectif établi par la loi de l’Institut de la Révolution roumaine depuis décembre 1989.

IRDD : Andrei Ursu ne renonce pas à la chaire de directeur scientifique

Signe:
Lavinia Stan – professeur d’université, Ph.D., directrice du Centre d’études post-communistes, Département de sciences politiques, St. Université Francis Xavier. Canada. Auteur, “Justice transitionnelle dans la Roumanie post-communiste”, Cambridge University Press.

Adrian Miroiu – professeur universitaire de sciences politiques, Ph.D., ancien président du SNSPA, membre correspondant de l’Académie roumaine.

Bogdan Murgescu – Professeur d’université, PhD, Faculté d’histoire, Université de Bucarest, Vice-chancelier, Université de Bucarest, Président honoraire, Société des sciences historiques de Roumanie

Dennis Deletant – PhD professeur d’université, historien spécialisé en histoire roumaine, Ion Raţiu professeur invité d’études roumaines à l’Université de Georgetown, professeur émérite d’études roumaines à la faculté d’études slaves et est-européennes de l’UCL.

Mark Kramer – Professeur à l’Université de Harvard, Ph.D., directeur du projet d’études sur la guerre froide au Davis Center. Éditeur de la série de livres Harvard Cold War Studies et du Journal of Cold War Studies à comité de lecture

Miodrag Milin – professeur d’université, PhD, Université Tibiscus, Timisoara. Directeur du Centre national de recherche, de documentation et d’information publique sur la révolution roumaine de décembre 1989, Timisoara. 2004 – recteur, Université du Banat à Timisoara. Conseiller scientifique du Mémorial de la Révolution roumaine en 1989

Stefano Bottoni – Professeur adjoint d’histoire de l’Europe de l’Est et mondiale, Ph.D., Université de Florence, auteur de “Finding the Enemy: Ethnicized State Violence and Population Control in Ceauşescu’s Romania” Harvard Project on Cold War Studies, MIT Press; « Violence d’État et contrôle social dans la Roumanie communiste », Wilson Center

Florin Cîntic – professeur agrégé, histoire de la culture, Dr. Université “Al.I.Cuza” de Iasi. Directeur des Archives d’État de Roumanie, Bureau du district de Iasi. Ancien professeur invité Fulbright à l’Université de Chicago, Comité sur la pensée sociale (2005-2006)

Adrian Cioroianu – professeur d’université à la Faculté d’histoire de l’Université de Bucarest, PhD, ancien ministre des Affaires étrangères

Adrian Niculescu – professeur d’université, SNSPA, vice-président de l’Institut de recherche sur les crimes du communisme et la mémoire de l’exil roumain

Cristian Vasile – Chercheur Scientifique II, Ph.D., Programme “La Roumanie et l’Europe au XXe siècle” (Institut d’Histoire “Nicolae Iorga”, Académie Roumaine). Ancien secrétaire scientifique de la Commission présidentielle pour l’analyse de la dictature communiste en Roumanie (2006) et directeur scientifique de l’Institut de recherche sur les crimes du communisme en Roumanie (2011-2012)

Gabriel Andreescu – Docteur en sciences politiques du SNSPA, professeur associé à l’Université de l’Ouest à Timisoara. directeur du magazine New Human Rights Review, ancien dissident anticommuniste.

Leave a Comment