“Les héros que nous commémorons aujourd’hui, 22 décembre, méritent la vérité”

Un dossier lié à l’implication du personnel du Département de la sécurité de l’État (DSS) dans les événements de 1989 a été déclassifié, sur proposition du directeur du service roumain de renseignement, Eduard Hellvig, a annoncé l’institution le jeudi 22 décembre 2022. , lorsque le Jour de la Victoire de la Révolution roumaine et de la liberté.

Le service roumain de renseignement (SRI) a annoncé jeudi que le dossier déclassifié fait partie de l’enquête de la Commission “Décembre 1989”, créée en 1991 au niveau du Sénat roumain pour enquêter sur les événements de Bucarest et dans le pays du 1er décembre au 31, 1989.

Selon des représentants de l’institution, la déclassification du dossier s’inscrit dans un projet préalablement annoncé par la direction de l’Institut d’Etat de mettre au jour l’intégralité de la documentation des événements de 1989 dans un esprit de transparence totale, dans le but de mettre à la disposition des chercheurs et historiens avec des outils pour apprendre sur la période en question.

Eduard Hellvig : “L’ancienne Securitate a apporté une contribution importante à la répression sanglante des manifestants anticommunistes en décembre 1989.”

Le directeur du SRI, Eduard Hellvig, a expliqué le fondement de sa décision de déclassifier et de publier sous forme électronique sur le site Internet de l’institution les dossiers liés aux événements de 1989 qui sont sous la garde du SRI :

“En 2015, la première année de mon mandat, j’ai fait comprendre aux officiers du SRI qu’il est obligatoire que ceux qui viennent servir cette nation comprennent à quel point la liberté et la démocratie sont durement acquises. Pour nous en tant qu’organisation et pour moi en tant que directeur au cours des presque huit dernières années, la recherche n’a jamais cessé. Parce que je crois toujours fermement à la valeur de la mémoire collective, à travers les générations”, a déclaré le responsable du SRI.

Selon Eduard Hellvig, comprendre le prix que certains ont payé pour ces idéaux ne peut être pleinement réalisé en l’absence d’un concept clé : la vérité ! “Et ici, avant tout, je veux dire la vérité sur les événements sanglants de 1989. Malheureusement, des centaines de familles attendent toujours des réponses, des centaines de victimes attendent toujours leur paix et des millions de Roumains attendent toujours avec cette vérité de fermer une fois pour toutes l’un des chapitres les plus criminels du communisme roumain. La vérité n’a ni commencement ni fin. Tout comme il n’appartient à personne en particulier. Cependant, nous sommes tous responsables de son issue complète et ce sera l’histoire. Par conséquent, nous avons l’obligation de le rechercher en permanence, avec toute notre énergie”, lit-on dans le communiqué publié.

“Aujourd’hui, le SRI franchit une nouvelle étape pour soutenir ou encourager cet effort national. Nous avons déclassifié et publié sur le site Internet du SRI tous les documents que notre institution avait encore en sa possession relatifs à la révolution de 1989. J’espère qu’avec cette approche chaque nouvelle Une information mise au jour pourrait contribuer à l’écriture de l’histoire. Un signe que l’État roumain doit être ébranlé et condamner réellement, au sens juridique plein, le communisme. Et pas seulement le communisme, car l’ancienne Securitate a également apporté une contribution importante à la répression sanglante des manifestants anticommunistes en décembre 1989. Cet appareil répressif de l’État roumain à cette époque est condamnable car sa priorité était la défense du Parti communiste et de ses dirigeants, ce n’était pas un service d’information dédié à la défense des citoyens “, a déclaré Edouard Helvig.

“Les héros que nous commémorons aujourd’hui, 22 décembre, méritent la vérité. Parce qu’ils ne se sont pas battus pour des idées abstraites ou pour des lignes politiques différentes. En fait, les héros n’ont pas d’idéologie. Mais ils avaient des idéaux, et l’un d’eux était la vérité. Jeunes, civils ou militaires, victimes innocentes des journées sanglantes de décembre 1989, je suis sûr qu’ils se sont retrouvés dans le même paradis des bonnes gens. Pour les familles de ceux qui ont alors perdu un être cher, il reste crucial que les responsabilités soient clairement partagées et assumées sans équivoque”, a déclaré Eduard Hellvig.

Que contiennent les dossiers déclassifiés

Le dossier du Fonds documentaire de la Commission “Décembre 1989” contient treize volumes et a été créé après correspondance avec la Commission “Décembre 1989” du Sénat roumain en 1991 et 1992, mais tous les noms ont été anonymisés.

Les documents sont classés dans le dossier comme suit :

  • volume 1 – correspondance avec la Commission et copies de documents des unités centrales de décembre 1989 ;
  • volume 2 – copies de documents préparés par les unités de comté à partir de décembre 1989 ;
  • volume 3 – copies selon les documents préparés par les unités de comté à partir de décembre 1989 ;
  • volume 4 – correspondance avec le parquet roumain et la Commission “décembre 1989” ;
  • volume 5 – correspondance avec la Commission “décembre 1989”. à propos des communications à la télévision roumaine du 22 décembre 1989 et des jours suivants, envoyées par des unités de l’ex-DSS ;
  • volume 6 – documents relatifs aux bandes vidéo, au matériel audio et photo de l’ancienne unité DSS ;
  • volume 7 – documents relatifs aux données de l’ancienne unité spéciale « R » (communications et interception radio) ;
  • Volume 8 – documents préparés par le SRI sur les activités des anciens personnels du DSS en mission du 15 au 22 décembre 1989 ;
  • tome 9 – le statut numérique des personnels des unités centrales et territoriales de l’ex-DSS, le statut des militaires de l’ex-DSS morts ou soufferts à la Révolution, ainsi que des copies selon les documents compilés en décembre 1989 ;
  • volume 10 – copies de documents compilés par les unités de l’ancien DSS ;
  • volume 11 – copies de documents faites par les unités de l’ancienne DSS ;
  • volume 12 – copies de documents compilés par les unités de l’ancienne DSS ;
  • volume 13 – copies de documents compilés par les unités de l’ancien DSS.

Le fichier est accessible et téléchargeable ici.

Leave a Comment