Viorel Mazilu a réagi au scandale de l’équipe nationale junior, accusé d’avoir insulté verbalement l’athlète : “Si un enfant va directement à la presse, c’est son boulot. Le pauvre se blesse.”

L’Association roumaine de handball fait face à un scandale ces jours-ci, après que son secrétaire général Viorel Mazilu a été accusé d’avoir insulté verbalement un joueur de l’équipe nationale junior, qui participait à un tournoi amical en Espagne.

Le joueur de handball en question, Vladimir Păunescu, aurait été insulté par Viorel Mazila devant tous ses collègues dans le vestiaire, et la raison en était l’attitude de l’athlète et le fait qu’il ait salué le public après la défaite qui en a résulté contre la France avec un score de 36-25, selon des sources Gazeta Sporturilor.

Viorel Mazilu, en direct sur Sport Total FM, a expliqué qu’il ne pense pas qu’il y ait de scandale, et que la réprimande est normale au sein d’un groupe qui veut gagner la Coupe du monde, un gros objectif, comme il le dit.

“Il n’y a pas eu de scandale de ma part. En tant que responsables SRH, nous avons mis en place une stratégie que nous devons mettre en œuvre étant donné qu’il s’agit d’une nouvelle série. Nous avions l’intention de devenir champions du monde avec ces athlètes. Nous savons que cela semble être une bonne chose, mais si nous ne l’implémentons pas dans nos têtes, pour aspirer à devenir champion du monde, il faut travailler. Il y avait des désaccords qui se produisaient de temps en temps dans le monde du sport. Je les associe à vous, mais je ne pense pas qu’ils fassent du bien à l’enfant, en particulier.

C’est un enfant avec des problèmes, au moins technico-tactiques, qui n’a pas respecté certaines tâches. Je l’ai grondé, entre guillemets. “Nous avons décidé de faire quelque chose, faisons-le. Si vous pensez que vous ne voulez pas que nous les fassions ainsi, c’est votre affaire, mais nous sommes là quand même ». Nous nous soucions beaucoup de l’éducation, nous leur avons transmis cette éducation. Soyons des gens intelligents, travaillons à partir de là.

Nous avons gagné un match sensationnel contre l’Espagne. Je pense que cela fait 20 ans que nous n’avons pas battu l’Espagne et ces jeunes ont vraiment fait leur devoir. Malheureusement, nous avons ces Roumains, nous devons nous en débarrasser et nous devons aller plus haut, aller plus loin et ne pas nous saouler avec de l’eau froide. C’est un tournoi amical, et cela ne se reproduira peut-être pas lors du tournoi officiel. On a voulu mettre en place ce concept, aller jusqu’au bout, peu importe le nom du pays, on se bat avec tout le monde. Les enfants étaient motivés, un, deux ou trois ne suffisaient pas et nous avons dû intervenir pour les réveiller, preuve que le match 3 s’est déroulé différemment. Je ne vois aucun scandale, aucun problème”déclara Mazilu.

Mazilu a aidé Păunescu à être inclus dans l’équipe senior du CSA Steaua

Plusieurs parents ont accusé Viorel Mazilu de langage inapproprié dans le groupe, et selon GSP, le responsable de la SRH utiliserait des expressions comme : « Voici le drapeau national de ta mère ? Fais ce que tu veux ?. De plus, les athlètes avaient l’impression que tout allait mal se passer, et Mazila allait frapper un collègue dans le vestiaire.

Viorel Mazilu ne nie pas le conflit, mais affirme qu’il ne s’agissait pas d’une attitude agressive, mais d’une pression, à laquelle tout athlète, à haut niveau, doit faire face pour être performant. Par ailleurs, le secrétaire général du SRH, ancien joueur de longue date du CSA Steaua, affirme avoir même aidé Vladimir Păunescu à percer chez les seniors, en division A (No. autre ligue de valeur)

“Vous savez comment c’est, c’est son opinion, personne ne m’a appelé. Ni le parent, ni l’enfant, mais si l’enfant va directement à la presse, c’est son affaire. Le pauvre se fait mal. Il devait résoudre le problème auquel il était confronté. Ces parents pourraient appeler au téléphone, demander ce que l’enfant a fait de mal, obtenir des informations et ensuite tirer une conclusion. Il ne s’agit pas seulement de ces aspects technico-tactiques, mais aussi d’autres qui se passent en dehors de l’équipe. Mais je pensais les avoir résolus dans le vestiaire, et c’était tout. Aucun problème.

De plus, j’ai aidé ce gamin à aller dans l’équipe senior, donc je n’ai rien à voir avec lui. Je l’aimais bien, il joue au Club Sportif Scolaire du Steaua, pas au CSA du Steaua. Je lui ai demandé pourquoi il n’allait pas à la division, là-haut. Il a dit que personne ne l’appelait, personne ne faisait attention à lui.

Puis j’ai osé appeler les entraîneurs du CSA, qui étaient mes collègues, pour leur dire qu’on avait un joueur de l’équipe nationale, pour l’emmener là-bas, pour lui donner des matchs, pour l’aider. Ils l’ont considéré, il est ici en janvier. Mais d’ici, à ce qu’il a fait, et je ne veux pas le dire, car je le répète, on lui a fait mal, peu importe. Ils doivent comprendre que quelle que soit la nation, ils doivent se battre avec tout le monde”a expliqué Mazila.

– Publicité –

Leave a Comment