Projet de modification de la loi agricole (1) | Cengiz Cakir

Raison du changement

“Les développements économiques, sociaux et environnementaux et le changement climatique mondial ont un impact significatif sur la production agricole. D’autre part, la croissance démographique et l’urbanisation ainsi que l’augmentation de la demande alimentaire exigent une planification qui permette une utilisation efficace des ressources naturelles. Conformément aux objectifs, principes et priorités des politiques agricoles, des réglementations sont nécessaires pour obtenir l’autorisation du ministère avant la production afin de planifier la production agricole et d’assurer la sécurité et la sécurité alimentaires dans notre pays. Avec ces dispositions qui seront prises, la production sera réalisée en fonction de la situation de la demande et de l’offre et il sera possible d’utiliser efficacement les ressources dans le cadre du principe de durabilité.

Situation actuelle

“Autorité

ARTICLE 7- Le Ministère est habilité à définir, planifier et coordonner les politiques relatives au secteur agricole et à les mettre en œuvre en collaboration avec les institutions et organismes concernés. est en forme.

Changement à faire :

Le texte suivant est ajouté en tant que deuxième paragraphe.

“Pour planifier la production agricole, garantir la sécurité sanitaire et alimentaire, accroître l’efficacité, protéger l’environnement et établir la durabilité, le ministère obtient une autorisation avant de commencer la production de produits ou de groupes de produits déterminés par le ministère. Le ministère détermine les produits ou groupes de produits qui seront produits et les quantités minimales et maximales de production en fonction du bassin ou de l’entreprise agricole, en tenant compte de l’offre et de la demande et du degré de suffisance.

En résumé, de ceux qui agissent contrairement au deuxième paragraphe de cet article ;

a) Les personnes trouvées pour la première fois sont averties par écrit par le Ministère d’agir conformément aux dispositions du présent article.

b) Ceux qui n’agissent pas conformément au présent article dans un délai de 12 mois à compter de la date de l’avertissement, ne bénéficient d’aucun programme d’accompagnement pendant une période de cinq ans.

c) Ceux qui s’avèrent avoir agi en violation du deuxième paragraphe du présent article au cours de l’année civile suivante, sont punis d’une amende administrative d’un montant de 1 à 5% du produit brut annuel qui sera obtenu conformément au groupe de produits.

ç) Ceux qui continuent la production dans des activités de production pluriannuelles, contrairement au deuxième paragraphe de cet article, sont passibles d’une amende de 1 à 5% du produit brut annuel pour chaque année.”

***

LA PLANIFICATION EST OBLIGATOIRE

La planification est devenue une nécessité plutôt qu’une nécessité. Cependant, le secteur agricole ne peut pas être planifié isolément. Une planification holistique doit se faire dans le cadre d’une stratégie qui sera déterminée à l’échelle nationale. Les ressources à allouer à l’agriculture et les résultats attendus de l’agriculture doivent être clairs. Un tel plan ne peut être établi que par l’Organisation nationale de planification, comme auparavant.

Avant de commencer la culture du produit ou des groupes de produits spécifiés, l’autorisation du ministère est requise. Il est entendu que la planification ne sera faite que pour les produits stratégiques.

OBJECTIF

Le ministère déterminera la quantité minimale et maximale de produits inclus dans la planification à produire en fonction du bassin et de l’entreprise agricole. Le mot bassin, qui est un terme géographique, a perdu son sens. Dans l’article 3 du règlement sur les bassins agricoles, « Bassins agricoles » : les zones agricoles qui présentent des conditions écologiques similaires à l’intérieur de leurs limites et sont une continuation les unes des autres pour être utilisées dans des activités agricoles, bien que leurs noms et leurs limites soient déterminés par le Conseil des ministres. . La décision”.

Avec la décision du Conseil des ministres numéro 2009/15173, la ville de Sarayköy où je suis né et j’ai grandi sur la côte de Büyük Menderes, et même la ville de Babadağ, située à 20 kilomètres au sud de celle-ci, ont été transférées au Gediz bassin. traversant une haute chaîne de montagnes. Les rivières Büyük Menderes, Küçük Menderes et Gediz sont comptées comme des cours d’eau uniques. On se demande comment faire du macroplanning avec une approche où Bozcaada et Söke comptent dans le même environnement.

PLANNING D’AFFAIRES

Les choses se compliquent encore en matière de planification d’entreprise agricole, qui est mon domaine d’expertise.

Même le nombre d’entreprises agricoles est inconnu dans notre pays, où aucun enregistrement agricole n’a été fait depuis 20 ans. Des données détaillées sont nécessaires pour la planification des activités. On ne peut pas s’attendre à ce qu’un plan qui sera fait sur la table soit approuvé et mis en œuvre par les agriculteurs sans le savoir. Cela n’aide personne de punir les gens qui ne suivent pas un plan aussi vague.

(A continué)

Leave a Comment