Présentation du volume “Collections du village” à la Bibliothèque de l’ULBS – Ziarul Messagerul de Sibiu

Le livre “Collections du Village”, édité par Valer Simion Cosma et Emanuel Modoc, sera présenté à la Bibliothèque Universitaire “Lucian Blaga” de Sibiu. L’événement aura lieu le lundi à partir de 18h00.

L’ouvrage ouvre la collection “Etudes rurales” des éditions ULBS, qui a pour objectif de constituer une collection de titres issus de domaines variés, tels que l’anthropologie, l’histoire, la sociologie, les sciences politiques ou les sciences littéraires, qui contribueront à une meilleure connaissance de la mondes ruraux d’hier et d’aujourd’hui.

“Lors de l’événement de présentation du volume, nous proposons une discussion sur les rôles de la documentation interdisciplinaire des villages et des problèmes spécifiques aux différentes communautés, à partir de l’expérience de travail au sein de ce projet”, explique Valer Simion Cosma.

Aux côtés des deux éditeurs, à savoir Valero Simiona Cosma et Emanuel Modoc, certains des auteurs permanents – Andrada Lăutaru, Maria Amarinei, Florin Dumitrescu, Bogdan Coșa, ainsi que la directrice de l’institution (MJIAZ) qui a développé le projet, Corina Bejinariu , directeur de la maison d’édition, participeront à la discussion maison ULBS, Vlad Pojoga et deux critiques littéraires intéressés par le monde rural et la production artistique récente – Maria Chiorean et Mihnea Bâlici.

Le volume “Collections du village”, récemment publié par la maison d’édition ULBS et lancé au Musée d’histoire et d’art du comté de Zalău, représente la dernière phase du projet de documentation du village contemporain. Le titre du volume est identique à celui du projet de documentation et d’écriture résidentielle réalisé par le Musée d’Histoire et d’Art du Département de Zalău en partenariat avec le Centre d’Études de la Modernité et du Monde Rural, et cofinancé par l’AFCN .

S’agissant de la production et de la consommation culturelles contemporaines, la population rurale a été réduite au cours des dernières décennies au statut de consommateurs et en partie de producteurs de folklore (musique populaire, danses, expositions de costumes et d’étoffes), et le monde rural est présenté principalement sur deux coordonnées principales : retard culturel et scolaire ou évasion bucolique et folklorisante. D’autre part, malgré l’accès à une diversité de produits et de perspectives culturelles, une bonne partie de la population qui vit encore à la campagne se perçoit et se présente dans un registre fortement folklorisé. Qu’il s’agisse de manifestations et d’activités culturelles à caractère folklorique, qui s’inscrivent dans le renouveau ethnographique des dernières décennies, ou d’affichages publicitaires de l’industrie HoReCa, dans l’espace public prévaut le faux registre du “vieux village” et de la tradition de sauvetage/renouveau.

Dans ce contexte, un certain nombre d’initiatives culturelles et artistiques de ces dernières années ont révélé l’importance de la documentation de terrain et de la valorisation du matériel collecté pour la production artistique contemporaine. De telles productions révèlent à la fois les coordonnées générales de la ruralité contemporaine et la diversité des mondes ruraux, avec des problématiques spécifiques, dont beaucoup sont trop souvent occultées par la prédominance des discours hégémoniques. La poursuite, la multiplication et la diversification de telles démarches, qui allient la dimension documentaire à la création artistique, sont donc bien nécessaires pour une meilleure connaissance des mondes ruraux post-paysans et l’enrichissement de la production artistique avec des thématiques rurales.

Le projet proposait l’organisation de résidences de documentation et d’écriture dans six localités rurales, trois du district de Sălaj et trois du district de Bistrița-Năsăud, envoyant un nombre de six auteurs et deux photographes. Le projet a un caractère interdisciplinaire prononcé, les six auteurs invités sont des écrivains (Bogdan Coșa), des dramaturges et des documentaristes (Alexandra Felseghi), des journalistes/publicistes (Andrada Lăutaru, Maria Amarinei) et des anthropologues (Florin Dumitrescu et Vlad Emilian Gheorghiu), qui ont combiné les deux photographes ont une expérience nationale (Patricia Marina Toma) et internationale (Hervé Bossy) dans le domaine de la photographie documentaire. La résidence de chaque auteur a duré un mois, entre mai et août 2022, les auteurs ayant encore un mois pour soumettre la première ébauche du texte.

“Voulant couvrir la plus grande diversité de villages possible, nous avons choisi différentes localités rurales en termes socio-économiques, démographiques et de proximité avec l’agglomération, dans le but d’assurer à la fois une continuité dans les localités. où nous avons déjà réalisé de tels programmes ou d’autres projets culturels », poursuit Valer Simion Cosma.

Les lieux inclus dans le projet sont :

Du district de Sălaj : Dumuslău (village de 28 habitants de plus de 70 ans, population roumaine, de la commune de Carastelec, habité principalement par des Hongrois et une minorité rom), Marin (village d’une population roumaine d’environ 600 habitants, de la commune de Crasna, habité principalement par des Hongrois et minorité rom, sans école ni clinique, mais étonnamment dynamique), Chiesd (ancienne ville minière, avec une population mixte de Roumains, Roms et Hongrois, fortement touchée par la fermeture des mines de charbon au début des années 2000).

Du district de Bistrița-Năsăud : Telciu (ville de montagne, d’environ 4000 habitants, où se croisent visiblement des aspects spécifiques de l’urbanité, avec une ruralité relativement archaïque), Liviu Rebreanu (ou Pripas Liviu Rebreanu, un village devenu le district de Năsăudului) et Lechința ( localité mixte roumano-hongroise-rom, dans la région saxonne de Bistrica, a une riche tradition viticole et plusieurs églises gothiques en état d’effondrement, dans les villages qui la composent) .

Au cours de la résidence de documentation et d’écriture, les auteurs en résidence ont travaillé avec deux photographes, un pour chaque comté, pour compléter la documentation basée sur des entretiens, l’observation des participants et des conversations informelles avec une semaine de documentation photographique pour chaque lieu recherché, pour atteindre un certain nombre de photographies dont choisir un minimum de cinq pour illustrer le texte final. À partir de la documentation, les auteurs ont rédigé un texte d’au moins 15 pages chacun, qui s’inscrit dans le réalisme ethnographique, d’une manière qui mêle recherche anthropologique et journalistique, littérature et reportage. Chaque texte documentait un sujet différent dans les communautés d’accueil, choisi par les auteurs invités, permettant ainsi aux lecteurs de mieux connaître et comprendre la campagne contemporaine. Les six textes résultants, ainsi que les photographies associées, ont été regroupés dans un volume coordonné par Valer Simion Cosma (historien et anthropologue) et Emanuel Modoc (critique littéraire et historien), qui a également écrit l’introduction. Afin de mieux diffuser les résultats des résidences, les textes ont également été publiés séparément, dans des publications partenaires en ligne ou imprimées (Scena9, Decât O Revistă, Echinox et Steaua).

Le livre “Culese din rural”, édité par Valer Simion Cosma et Emanuel Modoc, ouvre la collection “Études rurales” de la maison d’édition ULBS, qui vise à constituer une collection de titres pouvant s’inscrire dans différents domaines, tels que l’anthropologie, l’histoire , sociologie. , sciences politiques ou littéraires, qui contribuent à une meilleure connaissance du passé et du présent du monde rural. Lors de la présentation du volume, nous proposons une discussion sur les rôles de la documentation interdisciplinaire des villages et les problématiques propres aux différentes communautés, à commencer par l’expérience de travail au sein de ce projet. En plus de deux éditeurs (Valer Simion Cosma, Emanuel Modoc), certains des auteurs résidents (Andrada Lăutaru, Maria Amarinei, Florin Dumitrescu, Bogdan Coșa), le directeur de l’institution (MJIAZ) qui a développé le projet (Corina Bejinariu) participer à la conversation., directeur maison d’édition ULBS (Vlad Pojoga) et deux critiques littéraires intéressés par le monde rural et la production artistique récente (Maria Chiorean et Mihnea Bâlici).

Partenaires : Bibliothèque départementale “George Coșbuc” Bistrita-Năsăud, Than a Magazine, Scena9, Echinox, Steaua Magazine

Partenaires médias de Sălăj : Graiul Sălajului, Magazin Sălăjean, Pure and Simple Reporter, Sportul Sălăjean, Transilvania TV.

Partenaires médias de Bistrita-Năsăud : Observator BN, Bistrițeanul.

Le projet est cofinancé par l’Administration du Fonds culturel national (AFCN) et le Musée d’histoire et d’art du comté de Zalău.

Le projet ne représente pas nécessairement la position de la Direction du Fonds National pour la Culture. L’AFCN n’est pas responsable du contenu du projet ou de la manière dont les résultats du projet peuvent être utilisés. Le bénéficiaire du financement en est entièrement responsable.

Leave a Comment