PAGES MÉMORABLES DE L’HISTOIRE DU PRAHOVANO SOCCER/La seule saison avec trois équipes nationales dans le système divisionnaire

Nous continuons la série consacrée à l’histoire du football à Prague, et les lecteurs ont la possibilité de découvrir certains des détails les plus intéressants sur l’histoire du football dans notre comté. Après avoir profité des matériaux extraordinaires écrits par Constantin Dumitru – Plopeni pendant des années consécutives, nous vous proposons quelques épisodes recueillis d’une autre source, un ouvrage en trois volumes intitulé “Histoire du football rural”, publié en 2020, sous la signature du journaliste Octavian Cojocaru.

Après la Seconde Guerre mondiale, le football prend un essor important. Dans cet épisode, on revient sur le championnat 1946-1947, la première édition officielle d’après-guerre. De 1945 à 1946, le soi-disant “Victory Cup”, une compétition régionale à l’échelle nationale pour déterminer qui et dans quelle ligue participera au premier championnat d’après-guerre. Voyons quelles conditions devaient remplir Astra Română Poian Câmpin, Steau Română Câmpin et Principes Ilean Câmpin pour la première année en Division C, comme s’appelait alors la Ligue 3 d’aujourd’hui. Voici les détails contenus dans l’ouvrage “Histoire du football de campagne”, Tome II, pages 17-18.

Conditions de participation : terrains clôturés et filets au portail !
Le championnat a officiellement repris. Lors de la première saison après la Seconde Guerre mondiale, Câmpina comptait trois équipes dans le système de division nationale, en division C, toutes débutantes pour la première et unique fois ! Venus Câmpina était jusqu’alors la seule équipe de la campagne à jouer en Division C, entre 1936 et 1938. Les choses devinrent très difficiles. Il leur a fallu du temps pour décider du nombre de séries à réaliser (des variantes de 16 séries de 6 équipes, 9 ou 12 séries, 12 séries de 8 équipes ont été envisagées). Il était également difficile de déterminer la composition de la série. Voici deux documents de “Sportul Popular”, d’août et septembre 1946, sur les conditions de participation :

La division C sera composée de 9 ou 12 séries
Consignes pour l’inscription des groupes en Division Nationale C et les conditions à remplir pour participer à cette compétition : – La Division Nationale C est un examen qui permettra d’élever le niveau sportif dans les petits centres où le football n’a pénétré que sporadiquement. . Pour la bonne réussite de cette compétition qui doit se disputer sur les distances les plus courtes possibles, la FRFA fera 9 à 12 séries à travers le pays. Les conditions d’entrée dans la division nationale C sont les suivantes : Les groupes doivent disposer d’un terrain légal avec une clôture extérieure à collecter. Les courts doivent disposer de vestiaires et de cabines pour les joueurs et les arbitres :
Les terrains doivent avoir une capacité d’au moins 2 000 spectateurs et au moins 500 sièges.
Les filets de porte sont obligatoires. Les groupes sont tenus d’avoir une équipe junior pour participer au championnat junior de district en 1946-1947. Si ce championnat ne peut être organisé, l’équipe junior doit participer au championnat de district.
Les groupements sont tenus de déposer une caution de 2 500 000 lei auprès de la FRFA. Les groupes de la division C auront autant d’entraîneurs bien payés que possible. Les groupements désireux de participer à la Division Nationale C et remplissant les conditions ci-dessus adresseront à la FRFA, sur avis de la circonscription concernée, une demande d’inscription au plus tard le 20 août 1946.
Plusieurs groupes peuvent s’inscrire au même endroit, et l’association se réserve le droit de courir (sans sélection). La progression vers la division nationale B et la relégation de cette division seront déterminées à une date ultérieure. Sport populaire (11 août 1946)

Conditions de participation à la division C
Lors de la réunion de l’Office fédéral, les décisions suivantes ont été prises concernant le bon fonctionnement de la Division nationale C :
1. Les équipes visiteuses se voient facturer des frais de déplacement jusqu’à 100 km, train de voyageurs, 3e classe, pour 14 personnes, et au-delà de 100 km, train de voyageurs, 2e classe.
2. Le groupe organisateur peut jouer à la fois le tour et le match retour sur le terrain de l’adversaire (non – celui qui avait de l’argent pouvait l’organiser sur son propre terrain et le match est considéré comme loin de l’adversaire qui l’accepte ! Astra Poiana a joué deux matchs à l’extérieur sur son propre terrain !)
3. Une garantie de 2 500 000 lei peut être déposée sur le compte de CEC ou par ordre de FRFA.
4. 20 % seront retenus sur les revenus bruts, qui ont la destination suivante : 10 % – OSP 5 % – ligue ou district, ou 3 % – Fonds de la Division C 2 % – FRFA
5. Les billets seront imprimés par ligues ou districts et auront des couleurs différentes pour les divisions nationales A et B.
6. Les arbitres seront délégués par ligues ou districts.
7. L’administration de la division nationale C sera assurée par les organismes suivants :
– Série I, II, III – District de Bucarest
– Série IV – Ligue régulière Galac
– Serie V – Ligue régionale de Timișoara
– Série VI – Ligue régulière City of Oradea
– Serie VII – Liga rég Cluj
– Série VIII – Distr. Sibiu
– Série IX – Ligue Craiova
– Série X – Distr. Rég. Petrosani
– Serie XI – Championnat de ligue IASI
– Serie XII – Liga reg Braşov
Sport populaire (11 septembre 1946)

Le stade a été agrandi
Poiana a pensé à la gloire et s’est préparée à tous égards pour rencontrer la Division C. Voici une note de Sportul Popular (29 septembre 1946):
Aménagement du stade. Il convient de noter que le groupe Astra Română Poiana a pris des mesures sérieuses concernant la construction d’une tribune spacieuse et nous espérons qu’avec l’offre de M. Russo, le directeur des Ateliers centraux, ainsi que l’offre du conseil d’administration, sous la direction de MM. Horovitz et Pelmus, ce travail devrait commencer au plus vite, et cela s’impose surtout au moment où les trois équipes de Câmpina joueront dans la division nationale C. Sportul Popular (29 septembre 1946)
Vladimir Moșuc a confirmé dans ses notes qu’une tribune d’une capacité de 400 places a été érigée sous la supervision directe de l’ingénieur Russo.

Astra brille
Astra Poiana Câmpina a participé pour la première fois au troisième échelon de football et a remporté son premier grand succès: il s’est facilement qualifié pour le deuxième échelon avec une avance de 7 points. Considérant qu’il n’y avait que 18 étapes et que seulement 2 points ont été attribués pour la victoire, les progrès peuvent être considérés comme importants. L’aster commun se mit à briller. L’équipe a marqué en moyenne plus de 4 buts par match ! L’équipe a remporté 14 matchs, deux fois 9-0, une fois 9-2, une fois 7-2, une fois 6-0, une fois 5-0.
Astra Poiana a joué à l’extérieur avec Medicina de Bucarest et Venus Călărași à Câmpina, comme le règlement le permettait, si les équipes étaient d’accord. Notons également quatre défaites, une égalité sur le terrain de la dernière équipe classée, SM Monetărije (au premier tour, ils jouent Astra Poiana en Division C) et trois défaites, avec Rafinaria Steaua Română Câmpina, avec Gloria Mărășești Valea Călugărească, toutes deux milieu équipes, et, dans la ville “traditionnelle”, honte contre les codas Adesgo Bucarest.

Ils ont obtenu une promotion
De la chronique du match amical et de la mémoire de Vladimir Moșuc, l’équipe qui a fait la première grande apparition, promue pour la première fois en division B, a été reconstituée : N. Mihăilă – Ion Gălățeanu I (“Belu”), N. Vasilescu – Barba Filip, Catarambol, Dumitru Gălățeanu II (“Mituș”), St. Margineanu, Gh. Georgescu, Gh. Cosma, Panenka, Tiron. L’équipe comprenait également le défenseur V. Ștefănescu, Polgar et l’attaquant Bune (surnommé “Bădulă”). Le seul que les journalistes “fatigués” de mentionner dans le match officiel était Ștefan “Bimbo” Mărgineanu, qui a marqué trois buts lors du match contre Tipografija CFR. Nous doutons qu’il ait marqué beaucoup plus de buts que le total de 73 !
En 1947, pendant quelques mois, l’entraîneur était Ion Bălănescu, qui plus tard a également entraîné des équipes de première ligue. Je suppose que c’était dans la première partie de l’année, car Remenyi venait de l’automne.

Leave a Comment