Le procès de 2009 pour avoir reçu 200 TL des candidats à l’examen de promotion a pris fin

Le Conseil d’État, le Conseil des chambres de procédure administrative, a achevé le procès intenté en 2009 concernant le rejet de la demande du syndicat demandeur de réduction de 200 TL déterminée comme frais de promotion, de formation et de participation à l’examen pour le personnel des administration.

Il a été décidé d’approuver la décision de la deuxième chambre du Conseil d’État, en date du 11.03.2021 et portant le numéro E:2020/1920, K:2021/3902, objet du recours, concernant l’annulation de l’acte individuel qui est le objet du procès et l’acte qui réglemente la base .

L’appartement avait été annulé car il n’y avait pas de “base légale”.

Selon les principes de base de l’article 3 de la loi no. 657 pour les fonctionnaires ; Pour classer les tâches de la fonction publique de l’État et les fonctionnaires exerçant dans ces tâches selon les qualifications et les professions requises par les tâches, il convient de fonder la promotion et la promotion sur le système du mérite et de veiller à ce que ce système soit mis en œuvre avec le possibilité d’égalité.

Pour accroître l’efficacité de la prestation des services publics, il est du devoir des administrations qui emploient des fonctionnaires de former les fonctionnaires et de les préparer à d’autres fonctions, c’est-à-dire le coût de la promotion de leur promotion pour accroître la qualité. des fonctionnaires devraient également être couverts par l’administration publique,

Dans ce cas, étant donné qu’il n’existe aucune réglementation légale concernant les frais de participation à l’examen de formation et de promotion du personnel de l’administration locale, l’administration devrait donner à son personnel la possibilité de progresser jusqu’aux niveaux les plus élevés de leurs classes conformément à la exigences nécessaires. informations sur leurs services et les conditions d’enseignement. Alors que les frais de participation doivent être couverts par l’administration publique, étant évalués parmi les coûts du service public, l’article 5 (d) et le rejet de la demande de réduction des frais de participation, sur au motif qu’il n’y a pas eu de légalité.

TR
CONSEIL D’ETAT
CONSEIL DES DIVISIONS DES AFFAIRES ADMINISTRATIVES
Numéro de base : 2022/652
Décision n° : 2022/1228

REQUÉRANT (DÉFENSE): . Ministère
AVOCAT: .
PARTIE OPPOSANTE (DEMANDEUR): . ORGANISME
AVOCAT : Avocat..

OBJET DE LA DEMANDE :

Il est demandé que la décision de la deuxième chambre du Conseil d’État, datée du 11.03.2021 et portant le numéro E:2020/1920, K:2021/3902, soit réexaminée et annulée en appel.

PROCESSUS DE JURIDICTION :

Objet de la réclamation :
Le ministère de l’Intérieur a évoqué le rejet de la demande présentée par le syndicat demandeur pour la réduction de 200 TL déterminée comme frais de participation à la formation et à l’examen de promotion au poste qui sera occupé par le personnel des administrations locales. date et. Avec la transaction numérotée, l’annulation du paragraphe (d) de l’article 5 de la circulaire du 07.10.2009 et portant le numéro 18229 de la Direction générale des administrations locales du ministère de l’Intérieur, qui en est la base, est demandée. transaction.

Résumé de la décision de la Chambre :

Après l’annulation de la décision de la cinquième chambre du Conseil d’État, en date du 06.08.2011 et portant le numéro E:2009/6206, K:2011/3101, par décision du Conseil d’État, Conseil des chambres des affaires administratives, en date du 04 /17/2014 et portant le numéro E:2011/2372, K:2014/1625, par décision de la deuxième chambre du Conseil d’État, en date du 11.03.2021 et portant le numéro E:2020/1920, K:2021. /3902, délivrée conformément à la décision d’annulation ;

La date d’entrée en vigueur du Règlement général sur les principes de promotion et de changement de titres dans les institutions et organisations publiques, qui a été publié au Journal officiel du 18/4/1999 et sous le numéro 23670 par décision du Conseil des ministres du 15/ 03/1999 et avec le numéro 99/12647. Après règlement des articles 4, 8, 9 et 11 en vigueur à compter de ce jour.

Dans le règlement général sur les principes d’avancement et de changement de titre dans les institutions et organisations publiques, il est indiqué que le cadre général concernant l’examen de formation et de promotion des fonctionnaires a été déterminé, mais les lois sur lesquelles ledit règlement est basé n’incluent pas un règlement qui précise que les frais liés à cette formation et à cet examen seront à la charge du personnel.

du ministère de l’Intérieur. date et. L’abrogation du d) de l’article 5 de la circulaire no. 18229, en date du 07.10.2009 de la Direction Générale des Administrations Locales du Ministère de l’Intérieur, qui est à la base de cette transaction.

EXIGENCES DU CANDIDAT :

Il a été déclaré par l’administration défenderesse que le personnel de l’administration locale de 2009 a été formé par l’Université Anadolu dans la période 19/10/2009 – 24/01/2010, 200-TL collectés par l’université devaient couvrir les frais d’éducation et l’examen, l’examen. les frais ont été payés par l’administration défenderesse et il est allégué que l’Université d’Anadolu se voit facturer le même prix depuis 2007 pour les formations dispensées dans d’autres institutions et organisations publiques.

DÉFENSE DES ADVERSAIRES :

Le demandeur fait valoir que la décision de la deuxième chambre du Conseil d’État est conforme à la procédure et à la loi et que les motifs présentés dans la demande de pourvoi ne sont pas de nature à exiger l’annulation de la décision, et que le pourvoi les demandes doivent être rejetées et la décision de la chambre d’appel doit être confirmée.

AVIS DU JUGE D’EXAMEN DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL :

Il est considéré que la décision de la Chambre doit être laissée avec le rejet de l’appel.

AU NOM DE LA NATION TURQUE

Après avoir entendu les explications du juge d’instruction et pris connaissance des pièces du dossier, le conseil des chambres administratives du Conseil d’Etat a pris la décision :

ÉVALUATION JURIDIQUE :

Au deuxième alinéa de l’article 49 de la loi n° 2577 sur la procédure administrative, il est stipulé que les décisions finales des chambres du Conseil d’État sont réexaminées et annulées en appel ;

“a) Voir un travail en dehors du devoir et de l’autorité,

b) Prendre une décision illégale,

c) Il y a des erreurs ou des lacunes qui peuvent affecter la décision dans la mise en œuvre des dispositions procédurales”. Au quatrième paragraphe de l’article.

La décision attaquée de la deuxième chambre du Conseil d’État ; Étant donné que la décision du Conseil d’État du Conseil des sections du contentieux administratif, en date du 17.04.2014 portant le numéro E:2011/2372, K:2014/1625, a été rendue en tenant compte des motifs indiqués, elle est conforme à la la procédure et la loi. et il n’y a pas d’illégalité qui exigerait son retour.

RÉSULTAT DE LA DÉCISION :

Pour les raisons expliquées;

1. Rejet de la réclamation de l’administration défenderesse,

2. L’APPROBATION de la décision de la deuxième chambre du Conseil d’État, en date du 11.03.2021 et portant le numéro E:2020/1920, K:2021/3902, objet du recours, pour l’annulation de l’individu. l’acte et l’acte réglementant la base pour la raison mentionnée ci-dessus,

3. Elle a été résolue à l’unanimité le 04.06.2022, avec possibilité de rectification dans un délai de 15 (quinze) jours à compter de la date de notification de cette décision.

Officiers.Net FacebookCliquez pour suivre

Leave a Comment