Fin du processus judiciaire lié au règlement de la convention collective

Avec la modification apportée en 2016, l’article 3, point (), du règlement a été modifié comme suit.

“Ministre du Conseil : l’un des ministres de facto des départements de la Cour suprême chargés de traiter les litiges découlant de la loi sur les syndicats et les contrats collectifs n° 6356. Le ministre du Conseil, qui est formé dans le ministère du ministre qui sert le plus“,

Dans le procès contre ce règlement, la 10ème chambre du Conseil d’Etat a prononcé l’annulation pour les motifs suivants :

Le ministre du Conseil supérieur de l’arbitrage, institué en vertu de l’article 54 de la loi no. 6356 (telle qu’elle se présentait à la date du litige), est convoquée sous le ministère du plus haut ministre des départements compétents de la Cour suprême. pour le traitement des litiges découlant de la présente loi et Bien que le principe d’ancienneté soit déterminé en fonction de l’ancienneté à la Présidence de la Cour suprême, conformément à l’article 31 de la loi n° 2797, avec l’amendement, un ajustement a été apporté qui dépasse les dispositions de la loi susmentionnée. de la loi, qui fait l’objet de l’affaire.Lors de la sélection du ministre de l’intérieur et du conseil, il est prévu que la période effectivement passée dans le département soit prise comme base.

Dans ce cas, la modification de la loi n° 6356 (telle qu’elle était à la date du litige) et la modification du Règlement, objet du procès, qui est contraire aux dispositions de l’article 31 du k. La loi non.

REMARQUE : La phrase dans le paragraphe ci-dessus après la décision d’annulation de la 10ème Chambre est “dans le ministère du ministre qui sert réellement la plupart des ministres” a été modifié.

TR

DIGNITÉ

COMMISSION DE COMPÉTENCE STANDARD

NON. BASE : 2021/3773

DÉCISION N° : 2022/772

RECOURS (DÉFENSE) : Ministère du Recrutement et de la Sécurité Sociale

(Ministère de la Famille, de l’Accueil et des Affaires Sociales MLGA)

OUTIL : Loi. M.Atty. Nuray Kken

FEMME PARTIE (PLAIGNANTE): Mer Hicri Tuna Maviehir Mah. Aziz Nesin Bulvar No : 97/48 Karyaka/ZMR

OBJET OBJET : Il est demandé que la décision de la dixième chambre de Dantay, en date du 01.04.2021 portant le numéro E:2016/1223, K:2021/1516, soit révisée et annulée en appel.

JURIDICTION SREC :

Objet de la réclamation :

L’article 1 du règlement modifiant le règlement sur l’application du médiateur et de l’arbitre dans le contrat collectif publié au Journal officiel du 03.04.2016 et numéroté 29643 a été demandé en annulation.

Résumé de la décision de la Chambre :

Avec l’arrêt de la dixième chambre de Dantay du 01/04/2021 et E:2016/1223, K:2021/1516 ;

À l’article 54 de la loi n° 6356 sur les syndicats et les conventions collectives, à l’article 54 de la loi (telle qu’elle était à la date du différend), l’établissement et les principes de fonctionnement de la Haute Commission d’arbitrage, qui a été constituée aux fins de résoudre les litiges découlant de la convention collective ; Il a commencé à être décidé que le Conseil Supérieur de l’Arbitrage se réunira sous le ministère des plus hauts ministres des départements de la Cour Suprême chargés du traitement des litiges nés de cette loi,

Dans l’article 57 de la loi n° 6356, les procédures et principes de fonctionnement du Conseil supérieur d’arbitrage ; Indemnités à verser aux ministres et aux membres du Conseil Supérieur de l’Arbitrage et aux experts et rapporteurs à nommer à ce Conseil ; les honoraires à allouer aux experts et chars et les dispositions procédurales à appliquer lors de l’examen de l’arbitrage spécial en cas de litiges collectifs ; Il a été dit que les qualifications, la sélection, les salaires et la nomination des médiateurs seront régis par un règlement qui sera soumis au ministère, avec l’approbation du ministère des Finances.

Le règlement sur l’application du médiateur et de l’arbitre dans le contrat collectif, qui a été préparé sur la base de l’article 57 de la loi no. 28844,

Au point () de l’article 3 intitulé « Définitions » du règlement entendu, alors que le Comité supérieur d’arbitrage du ministre du Conseil a été réglementé pour être exprimé par le ministre, le règlement portant modification du règlement relatif à la mise en place d’un médiateur et Arbitre dans le Contrat Collectif de publié au Journal Officiel du 03.04.2016 sous le numéro 29643. « Le Ministre du Conseil : Le Ministre du Conseil, composé des ministres des départements chargés de régler les litiges nés de la Loi sur Syndicats et contrats collectifs n° 6356 de la Cour suprême d’appel, qui est le ministre du ministre qui sert effectivement le plus ». a été modifié comme

Dans l’article 31 de la loi n° 2797 de la Cour suprême, il est réglé comment l’ancienneté des premiers vice-ministres de la Cour suprême et des ministres des départements sera déterminée ; “Pour déterminer l’ancienneté dans le bureau des premiers sous-ministres et des ministres des départements, l’ancienneté dans le bureau de la Cour suprême est prise comme base”. règle incluse,

D’autre part, l’article 36 de la loi n° 6770 du 18.01.2017 publiée au Journal officiel du 27.01.2017 sous le numéro 29961 et l’article 54 de la loi sur les syndicats et la convention collective n° 6356. inclus dans le paragraphe. « dans le ministère du plus haut ministre » l’expression « dans le ministère du ministre ayant le mandat le plus étendu du ministère » Constatant que le procès doit se dérouler conformément aux dispositions légales en vigueur à la date du litige, bien qu’il soit modifié comme suit ;

Le ministre du Conseil supérieur de l’arbitrage, institué en vertu de l’article 54 de la loi n° 6356 (telle qu’elle était à la date du litige), se réunira sous le ministère du plus haut ministre des départements de la Cour suprême. Conformément à l’article 31, bien que selon la règle elle sera déterminée en fonction de l’ancienneté à la présidence de la Cour de cassation, règle qui va au-delà de ce qui précède. les dispositions de la loi ont été prises en modifiant le règlement, qui fait l’objet de l’affaire, et il a été déterminé que le temps effectivement passé dans le ministère du département sera pris comme base pour le choix du ministre. conseils,

Dans ce cas, la modification de la loi n° 6356 (telle qu’elle était à la date du litige) et la modification du Règlement, objet du procès, qui est contraire aux dispositions de l’article 31 du k. La loi non.

DDA APPLICABLE :

Dans la décision de la chambre, qui fait l’objet d’un recours, l’administration défenderesse

Bien que la décision ait été annulée en se référant à l’article 31 de la loi n° 2797 de la Cour suprême, l’article du règlement, objet du procès, n’était pas contraire à la loi sur les syndicats et la convention collective n° 6356 ; En outre, l’article 36 de la loi portant le numéro 6770 et du 18.01.2017 publiée au Journal officiel du 27.01.2017 portant le numéro 29961 et le premier alinéa de l’article 54 de la loi portant le numéro 6356. “sous le ministère des hauts ministres” de l’expression “Parmi les ministres, celui qui a le plus long mandat au ministère est au ministère » On fait valoir qu’avec cette modification apportée à la loi, l’article du règlement qui fait l’objet du procès est devenu compatible avec la loi fondamentale, donc la question est restée sans problème et la décision de la Chambre doit être annulée.

PROTECTION DES PROFITS :

Aucune défense n’a été donnée par le demandeur.

DROITS DE DANITAY TETKK DNCES :

Il est considéré que la décision de la Chambre doit être laissée avec le rejet de la demande d’appel.

AU NOM DE TRK MILLET

Après avoir entendu les explications du juge d’instruction et pris connaissance des pièces du dossier, le conseil des chambres du tribunal administratif du Conseil d’Etat a rendu la décision :

ÉVALUATION DE LA LOI :

Les décisions finales des chambres de première instance de Dantay sont réexaminées et annulées en appel.

“a) S’occuper d’un travail autre que le devoir et l’autorité,

b) Prendre une décision illégale,

c) Il est possible en cas d’existence de l’une des raisons “Il y a des erreurs ou des lacunes qui peuvent affecter la prise de décision dans la mise en œuvre des dispositions procédurales.

La décision examinée par l’appel était conforme à la procédure et à la loi, et les demandes formulées dans la demande d’appel n’ont pas été considérées comme nécessitant l’annulation de la décision.

RÉSULTAT DE LA DÉCISION :

Pour des raisons justifiées ;

1. Rejet du recours de l’administration défenderesse,

2. L’APPROBATION de la décision de la dixième chambre du Conseil d’État, en date du 04.01.2021 et E:2016/1223, K:2021/1516, objet du recours, pour l’annulation du règlement qui est. objet de l’affaire, en raison du fait susmentionné,

3. Il a été décidé à l’unanimité le 07.03.2022.

Officiers.Net FacebookCliquez pour suivre

Leave a Comment