Actualités ITO – [Köşe Yazısı] Dr. Veysi Sevig : “Détermination du revenu commercial sur la base du compte d’entreprise”

Publié le : vendredi 04 novembre 2022

DR. VEYSI SEVIG
[email protected]

Comme indiqué à l’article 39 de la loi relative à l’impôt sur le revenu, “le bénéfice commercial basé sur le compte d’exploitation est la différence positive entre les revenus et les dépenses d’un exercice comptable”.

Revenus gagnés, créances encaissées avec l’argent encaissé ; Les dépenses représentent les montants payés et dus.
Pour trouver le profit commercial pour ceux qui s’occupent de l’achat et de la vente de biens, la valeur du stock de biens à la fin de la période comptable est ajoutée au revenu et la valeur des biens au début de la période est ajoutée à les dépenses.

Lors de la détermination du bénéfice commercial de cette manière, les dispositions de la loi sur la procédure fiscale concernant l’évaluation et les dispositions des articles 40 et 41 de la loi sur l’impôt sur le revenu sont respectées.

Pour déterminer le revenu net, il est admis que les dépenses suivantes sont déduites. À savoir;

1. Frais généraux engagés pour obtenir et maintenir des bénéfices commerciaux
(Les contribuables qui exercent des activités d’exportation, de construction, de réparation, de montage et de transport à l’étranger, en plus des dépenses inscrites dans ce paragraphe, peuvent également déduire des dépenses qu’ils ont calculées comme un montant important en échange de leurs dépenses liées à ces travaux à l’étranger , à condition qu’ils ne dépassent pas cinq mille des revenus tirés de ces activités en devises étrangères).

Jusqu’à 8 000 TL du prix de location mensuel pour chacune des voitures particulières louées, ainsi que le montant de la taxe spéciale à la consommation et de la taxe sur la valeur ajoutée pour l’achat de voitures particulières, à l’exclusion de celles dont les activités sont partiellement ou entièrement louées. ou l’exploitation de voitures particulières à cette fin.Un maximum de 200 000 TL peut être considéré comme une dépense.

2. Les frais de séjour et de logement, les frais médicaux et de traitement, les primes d’assurance et les cotisations de retraite des salariés et des travailleurs sur le lieu de travail ou dans les bâtiments du lieu de travail, à condition qu’ils aient la personnalité juridique, les frais d’habillement définis à l’article 27 sont donnés forfaitaires). .

3. Les pertes, dommages et dommages-intérêts payés en vertu d’un contrat, d’un jugement ou d’une ordonnance judiciaire, à condition qu’ils soient liés aux travaux.

4. Frais de voyage et de séjour liés au travail et à l’importance et à l’ampleur du travail effectué (à condition que ce ne soit que pour la période requise par le but du voyage).

5. Dépenses de véhicules achetés en leasing ou inclus dans l’entreprise et utilisés dans l’entreprise (jusqu’à ce moment, un maximum de 70 pour cent des dépenses liées aux voitures particulières peuvent être déduites, à l’exclusion de celles utilisées à cette fin, les activités de qui sont, en tout ou en partie, la location de voitures particulières ou leur exploitation de diverses manières).

6. Impôts, droits et obligations en nature tels que construction, foncier, dépenses, consommation, timbres, taxes communales, redevances et registres, à condition qu’ils soient liés à l’entreprise.

7. Amortissements accordés conformément aux dispositions de la loi sur la procédure fiscale (les dépenses d’isolation thermique et d’économie d’énergie, qui augmentent la valeur économique des biens immobiliers inclus dans l’entreprise, peuvent être amorties au cours de l’année d’exécution. À l’exception de ces activités dont la location partielle ou totale de voitures particulières ou fonctionnant de différentes manières sont utilisées à cette fin. Le premier prix d’achat est de 230 000 TL, hors taxe spéciale à la consommation et taxe sur la valeur ajoutée. La partie correspondante des Tatars peut être supprimée. Dans l’application de cette disposition, le montant en vigueur à la date d’achat de la voiture de tourisme est pris en compte.

8. Cotisations versées aux syndicats par les employeurs conformément aux dispositions de la loi sur les syndicats (à condition que le montant mensuel de la cotisation payée ne puisse pas dépasser le salaire nu total d’une journée payé aux travailleurs sur le lieu de travail).

9. Cotisations versées par les employeurs au régime privé de retraite pour le compte des salariés (Montant des cotisations versées par les employeurs au régime privé de retraite et qui feront l’objet d’une déduction en tant que charge dans la détermination des revenus commerciaux sans être accompagnées de salaires, 15 pour cent du salaire gagné au cours du mois du paiement et du salaire annuel minimum Le montant total des cotisations versées par les employeurs au système de retraite privé et des paiements de primes qui seront soumis à déduction dans le cadre de l’objet du paragraphe (3) de la premier alinéa de l’article 63 de la loi sur l’impôt sur le revenu, il sera de 15 % du salaire gagné au cours du mois au cours duquel le paiement a été effectué, sur une base annuelle, il ne peut pas dépasser le montant annuel du salaire minimum).

Le Président est autorisé à réduire ce taux de moitié, à le porter au double et à redéfinir le plafond fixé, à condition qu’il n’excède pas le double du montant annuel du salaire minimum.

Leave a Comment