Ministre des Sports : Le stade Arcul de Triumf sera géré par la Fédération roumaine de rugby. Alin Petrache : Nous approchons de la normalité.

Le ministre des Sports, Eduard Novak, a annoncé que le stade Arcul de Triumf de la capitale sera transféré à la libre gestion de l’Union roumaine de rugby, sans tenir compte d’autres objectifs au sein du complexe sportif, après le vote à l’Assemblée générale de le FRR à partir de mercredi.

“Nous avons toujours voulu trouver une voie et une solution légales pour soutenir le rugby. Un an et demi s’est écoulé, nous avons lutté dans de nombreuses situations pour gérer l’administration. Nous avons estimé que nous ne pouvions pas confier tout le complexe au rugby, car ils n’ont qu’un stade et tout le complexe serait trop. Nous avons essayé de trouver une solution pour faire égalité et ne donner un stade qu’au rugby, à condition que d’autres sports comme le football puissent aussi l’utiliser. Mais jusqu’à ce que nous arrivions à ce point, nous avons besoin d’une analyse juridique très, très sérieuse. Mais la fédération doit le vouloir et demain ils décideront de cet aspect, s’ils le veulent, après quoi nous verrons quelles options juridiques nous pouvons trouver”, a déclaré Novak.

Ion Ţiriac investit dans le football roumain ! La décision surprenante du milliardaire : “C’est le but !”

Novak a également déclaré que la fédération n’obtiendra que la gestion du stade qui a été transféré à la Société nationale d’investissement avant la réhabilitation.

“Il ne s’agit que du stade. Ils n’avaient qu’un seul élément, le stade, après quoi cinq autres éléments ont été construits par le CNI dans le cadre du programme EURO 2020. Désormais, vous ne pouvez pas rechercher tous les éléments car vous n’en aviez qu’un. Très logique, vous en aviez un, il a été réhabilité et vous en récupérez un. Donc c’est ça l’idée, de récupérer le stade réparé, rénové et de l’utiliser”, a ajouté le ministre des Sports.

Mercredi, les membres de l’Assemblée générale de la Fédération roumaine de rugby voteront en session extraordinaire pour accorder à la FRR la libre utilisation d’une partie du complexe sportif national Arc de Triumf. Les installations d’hébergement, le centre de récupération des athlètes, les courts de tennis et le stationnement partiel ne sont pas inclus.

La Société Nationale d’Investissement s’est occupée de la modernisation du stade Arc de Triomphe en 2020. Avant le transfert à la CNI, la gestion de l’arène sportive était assurée par la Fédération Roumaine de Rugby, qui s’était à plusieurs reprises mécontente du transfert du stade au ministère.

Petrache estime que le sport roumain est “à la frontière du financement, à la frontière de l’existence”. “N’oublions pas que la plupart des fonds destinés au sport roumain proviennent de l’État roumain. Il va falloir se pencher davantage sur ce qu’on entend par clubs privés, qui se développent très vite et ont besoin d’un financement tout aussi bon”, a-t-il ajouté.

Edi Iordănescu, une lettre aux fans de l’équipe nationale après la signature d’un nouveau contrat avec la FRF. “Soyons tous une équipe et qualifions-nous !”

“L’Assemblée générale a voté à l’unanimité que l’Union roumaine de rugby obtienne l’utilisation gratuite d’une partie du bâtiment identifiée comme le Complexe sportif national Arc de Triumf, moins d’hébergement, un centre de récupération des athlètes, des courts de tennis et un parking partiel. Je veux dire le ministère

Sportului conservera les autres parties mentionnées ci-dessus pour l’administration. Cette Assemblée est nécessaire car l’acte précédent entre le Ministère et la Fédération stipulait que l’intégralité de la composition reviendrait à la Fédération Roumaine de Rugby, ce que l’administration actuelle ne veut plus respecter. En un mot, nous nous rapprochons de la normalité dont nous parlions depuis deux ans, à savoir que le Stade National de Rugby, l’Arc de la Victoire, revient à sa place. A savoir dans l’Union Roumaine de Rugby.

Malheureusement, cela ne se passe pas comme lors de la discussion initiale, c’est-à-dire obtenir tout le complexe pour notre sport, mais compte tenu des aspects qui se sont produits au cours des 24 derniers mois concernant ce complexe, je peux dire que c’est une grande victoire. d’avoir un stade moderne où nous pouvons jouer, d’élever nos générations futures ici, de rester ancrés que c’est le temple du rugby roumain et que ce soit l’héritage que nous laissons à nos descendants », a déclaré Alin Petrache, président de l’association roumaine de rugby. Syndicat.

Leave a Comment